Adrienne Pauly



Retraitée du cinéma et rockeuse débutante

ITF : Quel métier te tentait à l'adolescence ?
Adrienne Pauly : Je me voyais majorette. Ah non, ça c'était quand j'étais bien plus petite ! Ado, je pensais devenir comédienne, chanteuse, danseuse de claquettes : mes parents viennent du milieu artistique, ma mère est scénariste et mon père metteur en scène. Mais je ne savais pas exactement quelle direction prendre.
ITF : Et ton premier job ?
Adrienne Pauly : J'ai été serveuse juste le temps de renverser les plateaux et de me rendre compte que ce que j'aimais, c'était observer les gens dans la rue. Mon vrai premier travail a été comédienne à 18 ans, dans le film Terminale de Francis Giraud. Puis j'ai enchaîné divers petits rôles pour la télé, comme une toxico dans un épisode d'une série avec Serge Lama, ou une greffée du cœur... J'ai même dû, dans une scène, apporter un plateau à Anny Duperey ! Comme quoi... Pour Terminale, j'avais touché un cachet de 120 000 Francs : plus besoin de travailler pendant un an ! J'ai arrêté parce qu'en fait, je n'étais pas assez souple pour être comédienne. Il faut accepter des rôles qui ne vous plaisent pas. Par exemple, je ne voulais pas faire de scènes d'amour, je chipotais tout le temps.
ITF : Comment es-tu passée des plateaux de tournages au studiod'enregistrement ?
Adrienne Pauly :Un comédien est souvent au chômage. Comme je l'étais de plus en plus, j'ai commencé à écrire des petites histoires pour meubler le temps. Comme si je prenais des notes sur ma vie ou celle des autres. Et ça a donné « J'veux un mec » ou « La fille du Prisunic ».
ITF : Tu étais musicienne ?
Adrienne Pauly : Pas trop. Camille Bazbaz, m'a montré deux ou trois trucs indispensables et utiles pour jouer du piano. Cela m'a pris du temps mais je connais enfin tous les accords ! J'ai rencontré dans un café Christophe Ernault, et c'est lui qui m'a vraiment aidé à trouver les musiques de mon album. Il a presque tout composé. Du studio à la scène, je suis entourée de la crème : Adanowsky, Yarol Poupaud, Albin de la Simone. Et M qui a joué les choristes, de la guitare et du clavier.
ITF : Pour ton premier album, as-tu pu faire exactement ce que tu voulais ?
Adrienne Pauly :Oui. Chanter c'est vraiment personnel. Pour mes chansons, je choisis l'histoire, la musique, la façon dont je l'interprète. J'ai bricolé le livret du CD avec des collages, des dessins, des notes. Sur scène, je retrouve le goût du jeu, sans les obligations liées au cinéma.
ITF : Le cinéma, c'est fini pour toi, mais si tu devais aussi renoncer à la musique, que ferais-tu pour vivre ?
Adrienne Pauly :J'écrirais pour d'autres. En me déguisant, puisque d'après ton scénario catastrophe plus personne ne voudrait de moi ! J'écris déjà, très studieusement, tous les matins sur mon ordinateur.
Propos recueillis par Catherine Attia-Cannone
(© photo : Claude Gassain)

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN ADRIENNE PAULY

Anne

19 ans

ILERI PARIS

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié