Alain, 40 ans, conducteur-installateur



« J'ai livré des appareils de musculation chez Dechavanne !

Durant huit ans, Alain a entretenu et réparé les grues sur des chantiers. Mais, ce métier ne lui correspondait pas. Il décide de changer de voie et de travailler dans un domaine qu'il apprécie vraiment : le transport. Aujourd'hui, Alain est un conducteur-installateur épanoui !
Parlez-nous de votre métier.
Cela fait maintenant dix ans que je travaille dans le transport chez Geodis. Je livre, dépose et installe de grosses machines telles que des photomatons, des appareils de musculation, des photocopieurs ou même des parcs informatiques. La clientèle est essentiellement composée d'entreprises. J'ai mon diplôme de chauffeur grutier, ce qui me permet de déplacer de lourdes charges, grâce à des engins sophistiqués !
Travaillez-vous en équipe ?
Bien sûr ! Il s'agit de gros matériaux, je travaille en équipe de trois à six personnes, en fonction des besoins. Nous livrons, en moyenne, un à deux clients par jour sur l'ensemble de la région Ile-de-France. Certaines installations peuvent prendre jusqu'à trois jours. Quand les accès sont difficiles (mezzanine, fosses...), les livraisons peuvent être longues. Mais c'est l'installation et la mise en service des machines qui prennent le plus de temps. D'ailleurs, ce sont ces tâches que j'aime avant tout.
Justement, qu'appréciez-vous le plus dans votre métier ?
Le relationnel avec les clients ! Je travaille dans des endroits très différents, je rencontre des personnes de divers milieux. J'ai effectué des livraisons dans des gares, dans des centres commerciaux mais aussi à la place Vendôme ou pour de grands show-rooms parisiens ; c'est sympa. Un jour, j'ai même livré des appareils de musculation chez Christophe Dechavanne ! J'étais impressionné, mais il m'a tout de suite mis à l'aise et on a discuté pendant près d'une heure : un souvenir mémorable.
Et qu'appréciez-vous le moins ?
C'est un métier physique. Les horaires sont variables.
Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui souhaitent se lancer dans une carrière de conducteur-installateur ?
Il faut être rigoureux. C'est un métier qui ne s'apprend pas à l'école mais sur le terrain ! Il faut aussi aimer être à l'extérieur. C'est assez difficile mais très sympa. Et puis, aujourd'hui, avec les nouvelles technologies, le métier est beaucoup moins physique qu'il y a dix ans.
Par Diane Dussud
(Photo : © Geodis)

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN ALAIN, 40 ANS, CONDUCTEUR-INSTALLATEUR

Daniel

18 ans

VERSAILLES - FACULTÉ DE MÉDECINE, UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES ( UVSQ )

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié