Angélique, 20 ans, cuisinière



Cette jeune cuisinière de 20 ans fait partie des 43 finalistes des Olympiades des Métiers, le plus grand concours de métiers au monde. Ils iront défendre les couleurs de la France au Japon en novembre 2007.
Comment avez-vous découvert les Olympiades ?
C'est mon ancien professeur de cuisine de BP (brevet professionnel) qui m'en a parlé. Etant salariée, je ne savais pas si j'allais avoir le temps. Finalement, je me suis arrangée avec mon patron et je me suis inscrite. Je voulais pouvoir évaluer mon travail par rapport aux autres, car ce ne sont pas les formations mais les connaissances personnelles qui priment.
Comment percevez-vous la finale ?
Je suis sereine : c'est encore trop loin pour que je réalise. Jusqu'à présent, j'ai participé aux sélections en faisant de mon mieux pour ne pas regretter. Et ça a marché. Les épreuves à venir vont être très éprouvantes, je ne dois pas me rajouter de pression. J'ai déjà la satisfaction d'avoir présenté des recettes qui ont plu et qui seront présentes sur la prochaine carte du restaurant où je travaille.
Pourquoi avoir choisi cette profession ?
Mon père est boucher-traiteur, je suis donc sensible aux métiers de bouche depuis toujours. Toute jeune, je prenais déjà plaisir à préparer des repas. Mon stage de 3ème a confirmé ma vocation. Aujourd'hui je suis second, c'est le poste qui se trouve après celui du chef. Par conséquent, je dois pouvoir remplacer toutes les personnes qui travaillent en cuisine. Je peux être « garde-manger » et m'occuper des entrées froides, des toasts et des mises en bouche ; être responsable de la viande, des légumes ou des poissons ; de la cuisson, du dressage ou de l'envoi des assiettes en salle. En plus du salé, je peux avoir à m'occuper des pâtisseries. De manière générale, je dois connaître la carte par cœur et participer au choix du dressage. Je gère également les produits manquants, le personnel malade, la préparation des aliments.
Qu'est-ce qui vous plaît le plus ?
Je suis contente de ne pas avoir à me spécialiser. J'aime tout faire, autant le salé que le sucré, c'est un vrai plaisir. Il y a aussi le côté créatif, car avec trois mêmes produits, je suis aujourd'hui capable de faire différentes recettes. Enfin, j'aime ressentir le stress du service, être sans cesse en mouvement. Mon métier est une réelle passion et ma priorité est la satisfaction du client.
Comment envisagez-vous votre avenir ?
Pour le moment, je ne l'imagine pas, je vis au jour le jour, les six prochains mois vont être réservés au concours. Je sais qu'il peut m'ouvrir des portes, comme cela a déjà été le cas lors des sélections précédentes avec des propositions d'embauche.
Propos recueillis par Sophie Poisson

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN ANGÉLIQUE, 20 ANS, CUISINIÈRE

Vincent

20 ans

UNIVERSITÉ DE CERGY PONTOISE

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié