Aurélie, 25 ans, co-fondatrice de Likiwi



A seulement 23 ans, Aurélie a crée avec son associé Yvan, une application Facebook qui permet de téléphoner gratuitement. Elle nous fait part de son expérience et livre quelques conseils aux entrepreneurs en herbe.

Quel est votre parcours scolaire ?
Mon associé et moi-même avons le même parcours : nous avons tous les deux été à l'Ecole d'Ingénieurs ECE. J'ai pour ma part suivi un cursus spécialisé en électronique et en informatique, tandis que mon associé s'est spécialisé dans les télécoms et les réseaux. Puis nous avons intégré le Master « Innover et entreprendre ».
Qu'est-ce qui vous a motivé à créer votre entreprise ?
En école d'ingénieur, je faisais partie d'une association qui organisait les séminaires d'intégration. J'ai aimé élaborer un projet et le mener à bien avec une équipe : c'est ce qui m'a donné le « déclic », l'envie d'entreprendre.
Par ailleurs, mon associé est parti en Chine pour sa dernière année de licence d'informatique, c'est là qu'il a eu l'idée du projet. En effet, il s'est rendu compte que bien que la technologie pour appeler gratuitement via internet existait, elle n'était pas accessible au grand public ou alors elle était soumise à conditions. A son retour, nous avons décidé d'intégrer le master « Innover et entreprendre » et de pousser plus loin cette idée.
Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ? Quelle est votre activité ?
Likiwi « call for free » est une application sur Facebook qui permet de téléphoner gratuitement. Cette application est très simple : elle est accessible partout avec une connexion, ne nécessite pas la création d'un compte ou le téléchargement d'une application. Avec mon associé, nous avons développé nous-mêmes cette application. Aujourd'hui, je m'occupe surtout de la gestion administrative de l'entreprise tandis que mon associé s'occupe du démarchage des clients : nous vendons des espaces publicitaires, sous forme de vidéos, que les utilisateurs voient avant de pouvoir passer leurs appels. Nous commercialisons aussi des cartes pré-payées à 5€, 10€ et 20€ pour appeler vers des téléphones fixes et à l'international (40 destinations).
Quelles ont été vos démarches ?
Notre master « Innover et entreprendre » nous a permis de développer notre projet : nous avons bénéficié de l'aide de professeurs et de professionnels. Nous avons ainsi pu affiner notre étude de marché et tester notre projet. Une fois sortis de l'école, il a fallu développer notre application et démarcher les clients. Nous n'avons pas voulu présenter de dossier de demande de prêt aux banques, car ce genre de dossier prend beaucoup de temps, sans garantie de succès derrière. Heureusement, nos parents nous ont fourni le capital de base. La véritable aide n'était pas financière, mais plutôt de l'ordre du conseil et de l'encadrement.
Avez-vous rencontré des difficultés ?
Il nous a été très difficile de prouver aux annonceurs et aux clients notre crédibilité. En effet, le fait que nous ne soyons que deux et que nous développions notre application nous-mêmes en a effrayé plus d'un. Heureusement, la présence à nos côtés des professeurs de notre master, qui ont continué à nous suivre une fois sortis de l'école, nous donnait un peu de crédibilité.
Quelles ont été vos plus grandes satisfactions depuis le lancement de votre entreprise ?
Notre premier client a été un moment fort du lancement de notre entreprise. On a eu les larmes aux yeux tellement on était heureux ! C'était important pour nous de voir que ce qu'on avait créé, était utile et que ça intéressait des gens.
Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui a envie d'entreprendre ?
Si on a envie d'entreprendre, il ne faut pas hésiter à le faire. Le fait d'être jeune n'est pas un inconvénient, au contraire ! La sortie des études est le meilleur moment pour monter une entreprise : pas de famille à gérer, à priori pas de dettes, ni de crédits... Il ne faut surtout pas avoir peur de l'échec. Aujourd'hui, le statut de jeune entrepreneur permet de « tester » la viabilité de son idée sans prendre de risques.
Propos recueillis par Margaux Calon

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN AURÉLIE, 25 ANS, CO-FONDATRICE DE LIKIWI

Dylan

20 ans

UNIVERSITÉ PARIS SUD - PARIS 11

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (0)