Bertrand, 38 ans, technicien de maintenance en grande surface



« Je suis polyvalent »

Bertrand, son responsable et un stagiaire s'occupent de toute la maintenance pour le l'hypermarché Carrefour d'Orléans qui compte 280 salariés. Rencontre.
Comment avez-vous intégré la grande distribution ?
Un peu par hasard à vrai dire. J'ai travaillé avant cela dix-sept ans dans la même entreprise qui produisait des cartes téléphoniques et bancaires. Il y a eu un plan social et j'ai rebondi en répondant à une offre de Carrefour sur Internet. Je ne connaissais pas du tout le domaine de la grande distribution.
En quoi consiste votre métier ?
Je suis très polyvalent, donc je m'occupe de tout ! Je peux poser du carrelage, peindre des lignes aux sols, réparer les caddies, changer des ampoules, réviser la machine de découpe dans le laboratoire boucherie...
Pour les machines, je fais régulièrement des contrôles préventifs et du dépannage s'il y a une défaillance. J'établis un diagnostic et s'il manque une pièce ou que la machine est trop endommagée, je fais appel à un professionnel de l'extérieur. Si le problème est mineur, il faut pouvoir expliquer aux salariés comment le régler s'il se reproduisait.
Quelles sont les qualités d'un technicien de maintenance ?
Il faut être polyvalent, disponible, assez débrouillard et garder son sang-froid en toutes circonstances ! Il est aussi important de savoir définir les priorités : certaines interventions nécessitent une aide immédiate, quitte à mettre de côté d'autres opérations.
Qu'est ce que vous aimez le moins dans votre métier ?
Toutes les deux semaines, je suis d'astreinte : je dois être joignable 24 heures sur 24 s'il y a un problème. Cela peut-être assez fatigant.
Et le plus ?
Je tire une certaine satisfaction quand une machine redémarre après mon intervention. En particulier quand j'ai bricolé quelque chose avec les moyens du bord en attendant que la pièce manquante arrive.
Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui voudrait suivre vos traces ?
S'il débute dans la grande distribution, il faut qu'il sache que cela n'est pas comparable aux conditions de travail en industrie. Ce ne sont pas les mêmes machines ni les mêmes attentes. L'équipe de maintenance dans un magasin est restreinte et doit pouvoir intervenir à tout moment.
Comment voyez-vous l'avenir ?
À long terme, je me vois retourner dans l'industrie. Évoluer dans la grande distribution est aisé, à condition d'être mobile géographiquement, ce que je ne peux pas être pour des raisons familiales.
Par Mathieu Robert

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN BERTRAND, 38 ANS, TECHNICIEN DE MAINTENANCE EN GRANDE SURFACE

Alexandre

18 ans

UNIVERSITÉ PANTHÉON-ASSAS - PARIS 2

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié