Catherine Chabaud, 46 ans, navigatrice journaliste



En 1997, Catherine Chabaud entre dans l'histoire en devenant la première femme à effectuer le tour du monde en solitaire sans escale. Depuis, elle s'engage chaque jour pour un nautisme durable. Aujourd'hui, elle est chargée de mission pour le ministère de l'Environnement.

Qu'est-ce qui vous a poussé à devenir navigatrice ?
La passion ! Il n'y a pas de marin dans ma famille mais je partais en vacances à Roscoff (commune balnéaire du Finistère, en Bretagne). Avant de naviguer sur la mer, j'ai appris à la connaître de l'intérieur : je m'amusais dedans, je nageais, je faisais de la plongée... La mer est vite devenue une passion. C'est à l'adolescence que j'ai ensuite découvert le nautisme. En faire mon métier, c'est imposé à moi !
Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui souhaitent réaliser ce métier ?
Il est essentiel de faire des études et d'avoir un « vrai » métier à côté. Dans les temps morts de ma carrière de navigatrice, j'ai pu compter sur mon métier de journaliste. J'ai notamment été consultante sur Europe 2 et rédactrice en chef de la revue Thalassa. Plus qu'une profession, navigateur c'est un mode de vie. De nombreux sacrifices sont à faire ! C'est également un sport qui coûte cher : chercher des sponsors prend beaucoup de temps. Pour se faire une idée précise du quotidien, je conseille de lire des récits de navigateurs.
Pourquoi avoir décidé d'arrêter la course au large et de vous consacrer à des projets autour de la mer ?
Devant l'ampleur du nombre de déchets que je trouvais régulièrement sur et dans l'eau, j'ai eu envie de m'engager. En 2002, j'ai arrêté la compétition. Depuis, j'anime de nombreuses émissions, conférences, rédige des ouvrages pour alerter le plus grand nombre sur ce grave constat.
Depuis mai 2008, vous êtes chargée, par le Ministère de l'écologie et du développement durable, d'une mission "Nautisme et développement durable", en quoi consiste-t-elle ?
Quatre axes définissent sa mission :
- Un appel à projets pour des Ports de plaisance exemplaires (comment développer des capacités d'accueil pour les bateaux en s'inscrivant dans une démarche de développement durable ?). 33 projets de collectivités territoriales ont été déposés, dix ont été primés.
- Organisation d'un colloque sur les enjeux du Développement durable pour la filière nautique, qui a eu lieu le 11 juin à Lorient (Bretagne).
- Une campagne de sensibilisation aux gestes écologiques à adopter à la mer « J'apprends la mer ».
- Propositions pour repenser le DAFN (Droit annuel de Francisation et de Navigation) afin de lui donner un lien avec l'impact environnemental des bateaux.
Parlez-nous de vos autres projets.
Je mène depuis plusieurs années des projets avec l'Université de Lorient. Le premier (projet NavEcoMat) consiste à réaliser un bateau en éco-matériaux : fibre de chambre, de lin... Sa structure sera réalisée avec un dérivé de la pomme de terre : à la fin de sa vie, il sera donc entièrement recyclable. sur l'éco-conception des bateaux. Le second projet consiste à créer un outil informatique spécialisé dans l'éco-conception de bateau (projet Cap Vert). Je travaille avec des équipes différentes sur chaque projet, constituée de chercheurs, d'entreprises à la pointe dans ce domaine.
Quels sont vos éco-gestes au quotidien ?
Je trie mes déchets, je fais attention à ma consommation d'eau, j'ai des ampoules à basse consommation, mes produits d'entretien sont les moins impactants possibles sur l'environnement , je mange des aliments de saison, je composte mes déchets organiques, je roule en voiture hybride, j'ai troqué ma conduite sportive contre une conduite plus souple... En mer, sur mon bateau, j'adopte les mêmes gestes qu'à la maison.
Quels conseils donneriez-vous à nos internautes qui s'apprêtent à partir en vacances au bord de la mer ?
- Ne pas jeter ses déchets sur la plage.
- Ne pas enfouir les mégots de cigarettes dans le sable : ils mettent des centaines d'années à se dégrader.
- Utiliser des crèmes solaires (si possible bio) et pas d'huile qui sont néfastes pour l'environnement.
- Quand on soulève un caillou, à la recherche de crustacés, le remettre à sa place.
- Ne pas gaspiller de l'eau en rinçant abondamment sa combinaison de surf ou de plongée.
- Adopter le tri sélectif, même dans sa location de vacances ou au camping.
- Utiliser des produits d'entretien moins nocifs pour l'environnement sur les bateaux.
Propos recueillis par Diane Dussud
Crédit photo : Ouest France
Retrouve l'article "En vacances préserve le littoral !", clique ici
Retrouve l'interview de Zoé, 19 ans, bénévole à l'association "Surfrider" clique ici

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN CATHERINE CHABAUD, 46 ANS, NAVIGATRICE JOURNALISTE

Florentin

27 ans

GESTION BASE DE DONNÉES PRODUITS E COMMERCE

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (0)