Clément, 29 ans, poissonnier



" De père en fils "

Chez lui, la poissonnerie est une affaire de famille. Ses deux grands-mères étaient dans le métier, tout comme son père, son oncle et sa tante. Clément, lui, se voyait boulanger...
« Ca ne m'a pas plu. Après trois jours d'essai, j'ai arrêté. Et j'ai écouté mon père. À ses côtés, j'ai appris les ficelles du métier et, petit à petit, j'y ai pris goût. A 22 ans, je me suis installé à mon compte. Depuis, j'ai fait mon chemin, je viens de racheter une affaire à Paris. Ce qui me plait le plus, c'est de faire mes achats à Rungis au milieu de la nuit. J'y vais trois ou quatre fois par semaine. C'est dur, mais quel plaisir, au retour, d'installer mes poissons sur l'étal, de les mettre en valeur pour donner envie aux clients de cuisiner. J'aime le contact avec eux. Plus tard, je crois que j'aimerais bien ouvrir un restaurant de fruits de mer en Espagne.
(photo © D.R.)

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN CLÉMENT, 29 ANS, POISSONNIER

Orlane

22 ans

École

FACULTÉ DES ARTS, UNIVERSITÉ DE STRASBOURG

Domaine

DIPLÔME NATIONAL D'ARTS PLASTIQUES

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié