Coralie Rossi, 25 ans, collaboratrice d'administrateur judiciaire



Une société peut accumuler des dettes et finir par déposer le bilan. Pour éviter cette situation, le tribunal de commerce nomme un administrateur judiciaire pour gérer l'entreprise en difficulté et trouver une solution pour la sauver. C'est le rôle de Coralie que de l'assister.

Quel a été ton parcours scolaire ?
J'ai fait un DUT gestion des entreprises et des administrations (GEA), puis une licence en économie de gestion. Ensuite, j'ai obtenu un master en droit des procédures collectives.
Etait-ce un rêve d'enfant pour toi de devenir administratrice judiciaire ? Pourquoi ce choix ?
Non, ce n'était pas un rêve d'enfant. J'ai choisi ce métier car je m'intéressais aussi bien à l'économie et à la gestion qu'au droit. Le métier d'administrateur judiciaire nécessitant une double formation dans ces domaines, voilà pourquoi je me suis dirigée vers cette profession.
En quoi consiste ton métier ?
L'administrateur judiciaire est nommé par le tribunal de commerce lorsqu'une entreprise se trouve en situation de cessation de paiement, c'est-à-dire quand elle ne peut plus payer ses créances. Son objectif est de redresser la situation économique de l'entreprise qui est sous sa responsabilité. Avec l'administrateur judiciaire, nous rendons des comptes au tribunal tous les deux mois. J'établis des rapports et des requêtes. Si l'entreprise reprend son activité, je négocie avec les créanciers et les banques, un remboursement échelonné des dettes. Si l'entreprise est rachetée, je dois régler les formalités liées à la vente.
Dans quel cabinet travailles-tu ?
Je travaille dans le cabinet d'études de Maître Huertas, à Nice.
Projettes-tu d'ouvrir ton propre cabinet ?
J'aimerais bien, mais le parcours pour devenir administrateur judiciaire est particulièrement long et difficile. En effet, il faut avoir un bac +5 pour pouvoir passer un premier concours. Puis, réaliser 6 ans de stage dans un cabinet d'administrateur judiciaire qui doivent être validés par un dernier concours.
Quels sont les plus de ton métier ?
Il y a plein d'aspects qui me plaisent dans mon métier ! Tout d'abord, j'ai le sentiment que mon travail est utile car j'essaie de sauver des entreprises et donc des gérants en difficulté. Puis, j'aime négocier leurs créances avec les différents interlocuteurs, étudier la gestion analytique, travailler en étroite collaboration avec des experts-comptables. Plaider au tribunal de commerce est un exercice auquel j'aime me prêter également. Et enfin, aucun dossier ne se ressemble !
Quels sont les inconvénients de ton métier ?
Il m'arrive de devoir redresser des entreprises dirigées par des gérants malhonnêtes, qui ne veulent pas collaborer avec nous, comprendre les lois et agir dans le bon sens. De plus, la pression est forte dans ce métier car l'administrateur judiciaire gère d'importantes responsabilités.
Quelles qualités faut-il avoir pour exercer ton métier ?
Pour devenir administrateur judiciaire, il faut avoir du charisme, être convaincant, persuasif et être un bon orateur.
Que conseillerais-tu aux jeunes qui souhaiteraient faire ton métier ?
Je leur conseillerais de suivre une double formation : une bi-licence, suivie d'un bi-master.
Propos recueillis par Léo Gelas, élève en 4ème et stagiaire journaliste chez Imagine ton futur

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN CORALIE ROSSI, 25 ANS, COLLABORATRICE D'ADMINISTRATEUR JUDICIAIRE

Justine

22 ans

ÉCOLE CENTRALE DE LILLE

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié