David, 22 ans, fondateur d'une entreprise de pâtes artisanales



A seulement 22 ans, David vient de créer son entreprise. Il produit et vend des pâtes de blé tendre à partir d'une farine de céréales qu'il cultive lui-même sur son exploitation. Témoignage.


Quel est votre parcours scolaire ?
J'ai d'abord passé un BEP production agricole puis un bac pro Conduite et Gestion de l'Exploitation Agricole (CGEA) au lycée agricole de Pontivy, en Bretagne. J'ai ensuite passé un BTS technico-commercial suivi d'une licence professionnelle en entrepreneuriat.
Qu'est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans cette aventure ?
Monter ma propre entreprise agricole est un projet que j'ai depuis tout petit. Avant même de savoir dans quel produit j'allais me spécialiser, je savais que je voulais m'installer sur une exploitation agricole tout en faisant de la vente directe, car j'aime le contact avec le client et transformer des matières premières. J'ai toujours eu un amour pour les céréales, mais c'est en faisant un stage chez des céréaliers à Toulouse au cours de mon BTS que je suis véritablement tombé amoureux de la fabrication des pâtes. Travailler la terre, produire le blé, le transformer... ce fut un véritable coup de cœur.
Quelles ont été vos démarches ?
Dès la fin de mon stage, il a d'abord fallu que j'élabore une recette à partir de blé tendre. Pour cela, j'ai sélectionné différentes variétés de blé tendre, fait différents essais... Ce fut un travail de longue haleine. Avec l'aide d'un restaurateur italien basé à Lorient, Pierre Ciesco, qui m'a prêté sa machine et donné un bon coup de main, je me suis constitué un petit stock. Avant de lancer mon entreprise, je suis allé à Paris pour présenter mon produit à des restaurateurs et épiceries fines, telles que Fauchon et Lafayette Gourmet. Cela les a séduit. Je me suis alors rendu à la banque avec le dossier que j'avais constitué pendant ma licence. Ensuite, j'ai rédigé les statuts de mon entreprise, trouvé un local et négocié les devis pour acheter les machines, que je suis allé chercher en Italie.
Avez-vous rencontré des difficultés ?
Finaliser la recette fut un processus long et difficile qui m'a demandé beaucoup de patience. Le temps fut également un adversaire de taille : les ouvriers avaient pris du retard dans la construction de mon local alors que les épiciers me demandaient déjà de les livrer dans des délais très courts ! Mais la principale difficulté à laquelle j'ai été confrontée pendant l'élaboration de mon projet fut de rendre crédible le projet et de démarcher les clients alors que je n'étais qu'à l'école.
Quelles ont été vos plus grandes satisfactions depuis le lancement de votre entreprise ?
Encaisser le premier chèque fut une grande satisfaction mais, avant cela, avoir la possibilité de présenter mes produits à l'épicerie fine Fauchon et en recevoir un retour positif, fut une véritable consécration !
Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui a envie d'entreprendre ?
Il ne faut pas hésiter à se lancer, aller de l'avant et foncer. Il faut néanmoins veiller à ce que votre dossier soit solide. Surtout, ne jamais cesser de démarcher les clients, car un client n'est jamais acquis !
Propos recueillis par Margaux Calon

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN DAVID, 22 ANS, FONDATEUR D'UNE ENTREPRISE DE PâTES ARTISANALES

Elisa

18 ans

ISEFAC BACHELOR LILLE

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (1)

Gisèle 29 septembre 2010 10:00 #1
Bravo David, tu es un champion! Je te souhaite beaucoup de succès. J'aime les jeunes qui entreprennent et ton témoignage très bien présenté et rédigé d'ailleurs est très encourageant. Encore bravo et merci.