Edouard, 24 ans, co-fondateur de Kubosphere



Étudiant en dernière année d'école de commerce, Edouard crée son entreprise avec un ingénieur de 42 ans, qu'il a rencontré lors d'un stage au Mexique. Ils proposent un site Internet de publication et de partage de photos et vidéos avec géolocalisation. Un service unique.

Quel est votre parcours scolaire ?
J'ai effectué un bac scientifique à Strasbourg. Puis, croyant que la formation en école de commerce était la plus généraliste et ouvrait le plus de voies, j'ai effectué une prépa aux concours des grandes écoles de commerce. En 2006, j'ai intégré l'école ESCP Europe. ESCP Europe est une école de management de haut niveau à l'échelle internationale. J'ai donc effectué ma première année à Londres, ma seconde à Madrid. Après mon année de césure, mes cours se sont déroulés à Paris.
Comment vous est venue l'idée de créer une entreprise ?
À l'ESCP, les années de formation étaient composées de six mois de cours et de six mois de stage. Lors de mon année d'études sur le campus de Madrid, j'ai réalisé un stage au Mexique dans une start-up. J'y ai rencontré un ingénieur Français : mon futur associé. Depuis déjà quelques années, cette idée me trottait dans la tête. Cette rencontre a été un déclencheur. L'année suivante, j'ai fait une année de césure. J'en ai profité pour aller à San Francisco, la capitale mondiale d'Internet. Une fois revenu en France, j'ai opté pour l'option « création d'entreprise » et j'ai commencé à travailler sur le projet, en parallèle de mes études.

Nicolas Gillet, son associé.
Parlez-nous de votre entreprise.
Nous avons tous chez nous des photos papiers, par centaines, souvent entassées dans une boite à chaussures et des photos numériques, quelque part dans un fichier informatique. Il est difficile d'organiser et de partager tous ces souvenirs. Kubosphere apporte la solution. Sur son site Internet et sur son application mobile, tous ces souvenirs seront indexés en fonction de la date, du lieu, des personnes présentes, du contexte... Son interface unique combine une carte géographique et une frise temporelle pour voyager à travers les dates et les lieux importants de sa propre histoire ou de celle de ses proches. Kubosphere propose également un service de numérisation plus rapide et moins cher que les solutions actuelles pour que les photos papiers, diapositives et films (super 8, VHS, 16mm...) puissent être organisés et partagés sur le site Internet Kubosphère.
Quelles ont été les différentes étapes de création de votre entreprise ?
La première phase a été d'étudier le marché puis de monter un business plan. C'est une partie très scolaire. Les contacts que j'ai pu me faire à l'école et lors de mes stages furent très précieux. Ensuite, nous avons développé le site Internet. Aujourd'hui, nous en sommes à une troisième phase : chercher des investisseurs.

Quelles ont été les principales difficultés ?
Apprendre à gérer les priorités et à gérer son temps. Nous avons beaucoup de choses à faire, et on aimerait, pour toutes, prendre le temps de les réaliser, à la perfection. Mais, ce n'est pas possible. On ne peut pas être performant partout. Il faut donc établir des priorités et savoir gérer son temps.
Quelle est votre plus grande satisfaction ?
Je réalise mon rêve ! Je donne du sens à mon travail. Je suis content de me lever chaque matin, pour travailler.
Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui souhaitent créer leur entreprise ?
Il ne faut pas avoir peur de se lancer. De toute façon, si cela ne fonctionne pas, il y a peu de choses à perdre. Trouver un associé, c'est une bonne chose. À deux, nous sommes complémentaires, on avance plus vite : c'est l'idéal.
Propos recueillis par Diane Dussud

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN EDOUARD, 24 ANS, CO-FONDATEUR DE KUBOSPHERE

Sihame

21 ans

UNIVERSITÉ DE MONTPELLIER

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié