Estelle, 25 ans, chercheuse dans l'aéronautique



Son objectif : réduire la consommation de carburant des avions. Ses recherches contribuent donc à l'amélioration de notre environnement.

Doctorante en mécanique des fluides, Estelle travaille pour l'aéronautique. Elle a été l'une des dix boursières du programme "Pour Femmes et la Science", bourses nationales sous l'égide de la Fondation d'entreprise L'Oréal avec le soutien de la Commission Française pour l'Unesco et de
l'Académie des Sciences.

A quand remonte ta passion pour la science ?
J'ai toujours apprécié ce domaine. Au collège, j'aimais autant la littérature que la science. Puis, petit à petit, j'ai préféré les matières scientifiques. J'ai donc passé un bac scientifique, et j'ai intégré une école d'ingénieurs.
Pourquoi as-tu opté pour la recherche ?
A la sortie de mon école, j'avais deux possibilités : travailler ou faire de la recherche. Je n'avais pas envie de rentrer dans la vie active tout de suite, j'ai donc choisi la recherche. Travailler pendant trois ans sur un sujet de recherche est un défi que je voulais relever. Et puis j'avais envie de découvrir cet univers. Apprendre et développer mes connaissances a également motivé mon choix.
Peux-tu nous présenter tes recherches et leurs enjeux ?
Je travaille sur une technique qui permet à l'avion d'utiliser moins de carburant. Elle consiste à ajouter des petites rugosités sur les ailes. Ces modifications changent la façon dont l'air glisse sur l'avion : les frottements dans l'air sont donc minimisés. Et par conséquent, l'avion consomme moins.
Pourquoi avoir choisi ce sujet de recherche ?
Je l'ai choisi, car j'étais particulièrement intéressée par le domaine aéronautique, et plus particulièrement par les écoulements d'air.
Où en es-tu ?
Actuellement, je suis encore dans mes recherches. Il me reste encore une année de travail.
Quels enseignements en as-tu tirés ?
Sur le plan personnel, j'ai pu développer ma confiance en moi. J'ai appris beaucoup de choses sur moi-même. Cette recherche m'a également permis de rencontrer des personnes de différentes nationalités. Et ça m'a plu !
Quel est ton projet professionnel ?
Mes recherches actuelles ne peuvent pas s'appliquer immédiatement. Il faudra encore attendre de cinq à dix ans pour qu'elles se concrétisent. Par la suite, j'aimerais travailler, en collaboration avec des industriels, sur des projets destinés à voir le jour plus rapidement.
Quels conseils donnerais-tu aux jeunes qui souhaitent se lancer dans la recherche ?
Il faut qu'ils croient en eux, qu'ils fassent ce dont ils ont envie et qu'ils aillent jusqu'au bout. Personne ne doit tracer leur chemin à leur place.
Propos recueillis par Anaïs Poulain (stagiaire 3ème) et Diane Dussud

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN ESTELLE, 25 ANS, CHERCHEUSE DANS L'AÉRONAUTIQUE

Paul

18 ans

ECE PARIS, CAMPUS DE LYON

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (1)

Saminou 10 novembre 2010 18:45 #1
Bonjour Estelle, Je souhaitais te demander pourquoi aucune précision concernant ton salaire n'apparait? Si on résume: bonne élève ; bonne étudiante probablement (école d'ingé + polytech). Tu ne sais pas encore quoi faire, tu te lances dans une thèse. Courageux! Mais tu souhaiterais maintenant aller dans le privé pour que tes projets voient le jour plus rapidement ^^.Est ce que tu t'es rendu compte que ton salaire dans la recherche (publique) avoisinerait celui d'un technicien? Que tes responsabilités augmenteront tandis que ton salaire stagnera. Peut tu chiffrer tout ça? En cas de lecture, merci beaucoup! En cas de réponse je serais (très agréablement) surpris^^ En tout cas bon jeudi férié. PS: Ah l'environnement c'est chouette, ça fait vendre! Moi aussi j'ai tjs penser que la protection de l'environnement hypocrite devait servir à soutirer de l'argent: aux boites pour la recherche; aux personnes qui pensent qu'ils combattent le système. Grâce aux faibles forces de frottement obtenues on va pouvoir envoyer des autobus géants lowcost dans les airs. Ca va être très mignon!