Faf Larage, Rappeur



Le rap sinon rien

A l'occasion du single C'est de l'or avec Taïro, rencontre avec un gros doux Marseillais - frère d'une autre star du rap, Shurik'n d'I AM - dont l'album Rap stories cartonne. En attendant le nouveau générique de la saison deux de Prison Break...
Ado, bossais-tu l'été?
Faf Larage : J'ai été manœuvre dans un atelier de métallurgie. J'ai peint des kilomètres de tuyaux à l'antirouille !
Si tu devenais interdit de rap, tu y retournerais ?
Faf Larage : C'est une question que je me suis déjà posé. J'ai pris conscience que la musique était mon truc, c'est là où j'ai l'impression d'exister. J'essayerais d'écrire des scénarios. Mais quand tu es dans le besoin, au bord du gouffre, tu prends ce qui vient.
Parle-nous de tes débuts dans le rap ?
Faf Larage : C'est ce que je raconte dans On and on. J'ai commencé à écrire des textes à 13 ans en mauvais anglais. En 1987, je m'y suis mis plus sérieusement. Mon frère et Akhenaton m'ont incité à écrire : on s'enfermait et on grattait des textes. Et ils m'ont aussi poussé à faire mes premières scènes.
Tu chantes On veut tous être millionnaire, tu n'en es pas loin ?
Faf Larage : Et non ! Le bizness a changé, aujourd'hui on ne fait plus autant d'argent qu'autrefois. Pas le temps a été le single le plus vendu en France en 2006, soit 500 000 exemplaires. Il y a quatre, cinq ans en arrière ça aurait été un million. Dans ce métier tu ne touches pas ton argent en temps réel, c'est toujours différé six mois, un an après. C'est difficile pour des artistes d'être comptables. Tu vis comme un pacha quand ça tombe, mais s'il le faut, pendant trois ans tu ne touches plus rien. Faut gérer, c'est complexe !
(© photo : Nicolas Guérin)

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN FAF LARAGE, RAPPEUR

Anna

18 ans

CLASSE PRÉPARATOIRE MPSI

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (0)