Florence, chef du labo "hydrogène et piles à combustible"



Florence a intégré le CEA en 1991. Chef du laboratoire « hydrogène et piles à combustibles », elle organise et coordonne l'activité d'une équipe de chercheurs.

Les piles à combustible (PAC) ressemblent-elles aux piles classiques ?
Il existe des piles à combustible de toutes formes et tailles : tout dépend de l'utilisation qu'on en fait. Les plus puissantes (et les plus grandes) sont capables de faire fonctionner une voiture ou un bus (ndlr : le labo travaille sur un prototype en partenariat avec Peugeot-PSA), tandis que les miniatures logent dans les mini-appareils nomades comme les téléphones portables. Elles peuvent aussi remplacer les bruyants générateurs des camions de pizza mobiles par exemple. Le tout sans polluer l'air, en silence et en évitant l'utilisation de métaux lourds.
À quoi marche donc la PAC ?
À l'hydrogène et à l'oxygène. En contact, ces deux gaz réagissent chimiquement et provoquent habituellement un fort dégagement de chaleur, voire une explosion. Mais en évitant leur rencontre directe, la PAC maîtrise cette réaction et la transforme en électricité. Chaque pile est alimentée par une ou plusieurs bonbonnes d'hydrogène rechargeables et puise son oxygène dans l'air ambiant.
En tant que chef de labo, quel est votre rôle ?
J'organise et coordonne l'activité de l'équipe de chercheurs, les budgets, les publications dans les journaux scientifiques, essentielles pour faire connaître le travail du groupe... Je m'occupe en priorité des personnes, à la façon d'un manager. Il ne faut pas croire qu'un chercheur n'utilise que des compétences scientifiques : savoir communiquer et rédiger a son importance ! Pour bien remplir ma mission, j'ai même suivi des stages de psychologie et de communication...
Enfant, rêviez-vous de devenir chercheuse ?
Pas du tout ! Lycéenne, j'étais bonne élève et j'ai suivi une voie scientifique pour m'ouvrir des portes, sans avoir d'idée plus précise. En fin de prépa, plus par défi que par vocation, j'ai passé les concours d'écoles d'ingénieurs et j'ai intégré une école à Grenoble. C'est au cours d'un stage en labo que la flamme est arrivée : la recherche m'a tout de suite passionnée !
Qu'est-ce qui vous a tant plu ?
J'aime ce petit côté artistique des superbes images produites par les microscopes par exemple, la mise en valeur des résultats de notre travail... Mais ce qui m'a attirée en premier, c'est la facette très ludique de la recherche, la construction d'une expérience à la manière d'un lego, associée à l'exigence d'une grande rigueur pour sa conduite et son interprétation. Et il reste toujours du suspense : on ne sait pas toujours ce que tout cela va donner !
Propos recueillis par Juliette Labaronne
© photo D.R. - Florence en conférence

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN FLORENCE, CHEF DU LABO "HYDROGÈNE ET PILES à COMBUSTIBLE"

Jules

18 ans

IUT DE NANTES, UNIVERSITÉ DE NANTES

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié