Grégory, 28 ans, vente de vélos motorisés



Diplômé de l'EDC en 2002, Grégory avait un unique objectif : monter son entreprise. Aujourd'hui il dirige une société spécialisée dans les vélos à assistance électrique. Il revient sur son parcours et ses projets.
Pourquoi avoir choisi l'EDC ?
Après mon Bac scientifique, j'ai directement intégré cette école. Je l'ai choisie car elle est l'une des seules à préparer ses étudiants à la création d'entreprise. Dans cet objectif, des missions sont organisées deux fois par an : un groupe d'étudiants y aide un entrepreneur à créer ou à développer sa société. Cet aspect pratique et concret m'a vraiment séduit.
Avez-vous réalisé des stages pendant vos études à l'EDC ?
Oui. Ils sont privilégiés durant la formation. En première année, j'ai réalisé un stage aux Etats-Unis dans le domaine spatial, en deuxième année dans l'aéronautique et en troisième année dans une entreprise d'aéroglisseurs en Guyane. J'en ai tiré de nombreux enseignements qui m'aident encore aujourd'hui dans la gestion de ma propre entreprise.
Est-ce ce que l'EDC a répondu à vos attentes ?
Complètement ! Grâce aux « missions créations d'entreprises » et aux interventions de professionnels, nous avons pu suivre cinq ou six créations d'entreprises. Ces approches concrètes m'ont permis de créer ma première société quelques mois après l'obtention de mon diplôme.
Vous avez donc déjà créé plusieurs entreprises ?
Oui, l'EDC dispose d'un fond d'investissement qui aide ses étudiants à créer ou à développer leur entreprise : c'est un coup de pouce non négligeable ! Dès la sortie de l'école, avec un camarade, nous avons monté une entreprise de transport semblable à celle dans laquelle j'avais effectué mon stage de 3e année.
Deux ans et demi plus tard, nous nous sommes mobilisés pour un autre challenge : monter une entreprise de vélos à assistance électrique.
Pourquoi avez-vous choisi le secteur des vélos motorisés ?
A l'heure où la protection de l'environnement, la réduction de la pollution et la piétonisation des centres villes sont des priorités, le vélo s'affirme comme le moyen de transport idéal. Les progrès réalisés ces dernières années sur l'adaptation de technologies avancées offrent de réelles perspectives de déplacement. C'est pour cela que je me suis intéressé à ce secteur plein d'avenir.
Quels sont vos projets ?
Nous souhaitons nous développer pour couvrir tout le territoire national. Aujourd'hui, 80 magasins vendent nos produits, certaines zones sont bien achalandées, d'autres beaucoup moins. Nous voulons aussi mieux maîtriser la production. Actuellement, les vélos sont fabriqués en Chine, et ce n'est pas toujours évident à gérer. À l'horizon 2008-2009 nous aimerions déplacer l'usine d'assemblage en France dans une zone industriellement sinistrée.
Propos recueillis par Diane Dussud

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN GRÉGORY, 28 ANS, VENTE DE VÉLOS MOTORISÉS

Alice

20 ans

IEP RENNES - SCIENCES PO

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (1)

vincent 18 juillet 2009 15:30 #1
bonjour, Moi aussi j'aime le vélo et j'ai découvert le VAE dés sa sortie et j'ai été au coeur du mouvement en faisant partie d un projet de création de VAE il se nommait le VELLIA. Depuis, je suis régulièrement l'actu sur ce sujet car notre entreprise a été mal gerée et elle a fait faillite. Malgré tout, je pense que le VAE a un très grand avenir devant lui et j'espère pouvoir intégrer une société qui se passionne autant que moi pour le vélo qu'il soit à assistance électrique ou non .