Hélène, 23 ans, technicienne nouvelles technologies de l'énergie



Elle met en oeuvre les recherches que cogitent chercheurs-ingénieurs en physique au CEA Grenoble. Une vraie passion pour la manipulation, avec le souci de déboucher sur du concret, utilisable par tous !

Sur quoi travaillez-vous ?
Sur les batteries : aussi bien les piles minuscules que l'on implante sous la peau (pour le coeur par exemple), dans l'oreille, couplées à des prothèses auditives pour entendre mieux, que les grosses batteries pour voitures électriques.
Quel est le but de cette recherche ?
Elle vise à optimiser les performances de tous les types de batteries. On essaie de rendre plus performantes, les différentes composantes de l'électrode. Notre but étant de faire des batteries plus légères, moins polluantes, capables de se recharger plus vite.
Pouvez-vous nous raconter une de vos journées type ?
C'est très variable. Aujourd'hui par exemple, j'ai traité sur l'ordinateur les résultats obtenus sur la manip' en cours. Je peux aussi tester des piles existantes, peaufiner le programme de tests à venir. Mais la vraie vocation du technicien, c'est d'être le plus souvent possible en manipulation !


Et ce qui vous plaît moins ?
La partie administrative. Cette maison est si vaste, que dès qu'on a besoin de commander quelque chose, il faut remplir une tonne de paperasses. Moi, ce n'est pas mon truc. Je ne suis pas du genre à rester assise toute la journée devant un ordinateur !
© photos Artechnique /CEA

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN HÉLÈNE, 23 ANS, TECHNICIENNE NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L'ÉNERGIE

Enola

18 ans

UNIVERSITÉ PARIS-EST CRÉTEIL (UPEC)

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié