Ingénieur de maintenance en génie civil



Son école à peine achevée, Céline a décroché à la SNCF un emploi d'ingénieur de maintenance en génie civil. Mais avant d'occuper ce poste à fortes responsabilités, elle dû suivre une formation spécifique de 18 mois.
Quel est ton parcours ?
Après un bac scientifique puis Maths Sup' et Maths Spé, j'ai intégré une école d'ingénieurs spécialisée dans les matériaux. Je n'avais pas envie d'aller dans une école généraliste car je voulais du concret et voir à quoi menaient mes travaux. J'ai effectué l'ensemble de mes stages dans le génie civil, je réalisais de la conduite de travaux.
Pourquoi avoir intégré la SNCF ?
Une fois diplômée, j'ai eu deux propositions d'embauche : dans le premier cas, j'allais gérer des chantiers, dans l'autre assurer la maintenance des voies d'un réseau ferroviaire à la SNCF. J'ai choisi la deuxième option car je souhaitais changer de domaine d'activité. En effet, la conduite de travaux est très enrichissante mais offre peu d'évolution de carrière. De plus, la SNCF est une grande entreprise où l'on peut évoluer facilement et dans des domaines différents. Mais avant d'être en poste, j'ai dû réaliser une formation de 18 mois afin d'apprendre toutes les particularités du milieu ferroviaire.
Comment s'est déroulée la formation ?
Elle a été complète et très enrichissante. J'ai suivi un module qui m'a permis de découvrir les différents métiers du groupe dans les quatre grands domaines de la SNCF (Voyageurs France Europe, SNCF proximité, Fret et Infrastructure). Ainsi, j'ai mieux compris le fonctionnement, les contraintes et les enjeux de chacune de ces activités. J'ai également réalisé six semaines de formation à la gestion des circulations suivi de six semaines au poste d'aiguilleur, un poste clef dans l'exploitation du réseau. On m'a par ailleurs enseigné la réglementation, les procédures de sécurité et toute la technique liée à la maintenance des voies.
En quoi va consister ton métier ?
Ma mission est d'assurer la maintenance des voies : gestion de la sécurité ferroviaire et du personnel, gestion des travaux en se souciant toujours de la régularité des trains. Je suis affectée à la gare de Melun (77), j'ai en charge un secteur de 30 kilomètres de plateformes de quatre voies sur la ligne du RER D et 25 kilomètres de doubles voies sur des lignes Transilien. Ces lignes sont souvent victimes de dégradations, ce n'est pas évident. Je vais être à la tête de 35 agents, répartis en trois brigades, avec deux assistants pour m'épauler. Je devrai veiller à leur sécurité lors des interventions, c'est un aspect très important de la profession.
Te retrouver à la tête d'une équipe d'hommes, cela ne te fait-il pas peur ?
Non. J'aime bien travailler avec des hommes car ils ont le mérite d'être francs. De plus, ce poste a déjà été occupé par des femmes, ce n'est donc pas une première. En revanche, et c'est assez délicat, je vais diriger des personnes plus âgées que moi. Mais l'important est, je pense, de savoir rester humble.
Propos recueillis par Diane Dussud

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN INGÉNIEUR DE MAINTENANCE EN GÉNIE CIVIL

Marinaïs

18 ans

UNIVERSITÉ FRANçOIS RABELAIS - TOURS

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (2)

floj87 13 novembre 2011 20:12 #1
bonjour, je suis intéressé par ce métier d'ingénieur maintenance génie civil. je voudrais en savoir plus sur ce métier: comment se passe cette formation ? en alternance avec un travail dans une agence, ou en continu ? combien d'heures par semaines ? où se déroule-t-elle ? quel est le statut pendant la formation de 18mois ? est-elle rémunérée ? si quelqu'un peut m'apporter des informations, merci d'avance
PACO 9 octobre 2011 03:37 #2
Bonjour, Un vraie compte de fée mais, gare au loup................. alors que le réseau est usé ,souvent pas ou peu entretenu du fait de la politique actuelle qu'il reste 150000 cheminots ,de plus la sncf à ouvert la porte à la privatisation,ça va être dur et je souhaite à cette cheminote le droit de rêve. PACO