Jacques, 61 ans, contrôleur aérien



Quel a été votre parcours scolaire (série de bac, études supérieures...) ?
Terminale Math-Elem à l'époque.
Quel métier avez-vous exercé ?
J'ai été contrôleur aérien durant toute ma vie professionnelle et je suis maintenant retraité depuis plusieurs années déjà...
Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?
Je voulais travailler dans l'Aviation.
En quoi consistait votre métier ? A quoi ressemblait votre quotidien ?
Le travail de "l'Aiguilleur du ciel" est relativement simple. Il doit s'assurer qu'à la même heure, à la même altitude, au même endroit, ne se trouvent pas deux ou plusieurs avions.
Cela se complique un peu puisque l'espace aérien est à trois dimensions et que les avions volent tous à environ 900 Km/h.
C'est la même chose aux abords des aéroports même si les vitesses sont alors inférieures.
Il y a donc des contrôleurs dans les tours de contrôle mais les plus nombreux sont répartis dans les cinq Centres de Contrôle Régionaux (CCR) à travers la France (Paris, Aix-en-Provence, Bordeaux, Reims et Brest).
Pour que les avions n'entrent pas en collision, les contrôleurs donnent des "instructions de contrôle" aux commandants de bord des avions en leur ordonnant (car ils doivent obéir) de monter, descendre, tourner à droite, tourner à gauche en fonction des circonstances.
Mais le contrôleur n'est jamais seul pour endosser cette magnifique responsabilité de sauvegarde des vies humaines. Il y a toujours deux contrôleurs minimum sur chaque poste de travail.
C'est également un métier qui séduit de nombreuses femmes. Elles représentent près de 40% des effectifs. Et comme les contrôleurs sont fonctionnaires d'Etat, elles perçoivent exactement le même salaire, ont exactement le même déroulement de carrière que les hommes.
Les contrôleurs dans les tours des grands aéroports et dans les cinq CCR travaillent en équipe de 10 à 20 personnes.
Il ne faut donc pas être renfermé sur soi ! C'est un métier vraiment exaltant. Et si quelques frictions entre individus peuvent apparaître ici ou là, l'ambiance de travail dans ces équipes est rarement morose.
Il faut également s'habituer à travailler de nuit, les week-ends, les jours fériés et à ne pas avoir automatiquement ses vacances en même temps que tout le monde...
Nombreux sont les contrôleurs qui, chaque année, travaillent la nuit de Noël ou la nuit du jour de l'an, parfois les deux à la suite !
Mais, en contrepartie, les contrôleurs bénéficient de temps de repos et de loisirs importants.
Bien entendu, il faut être en parfaite condition physique et mentale. Des tests médicaux draconiens doivent être réussis tous les deux ans.
Dernier aspect, non négligeable, de cette profession hors du commun, les contrôleurs maintenant, au bout d'un certain nombre d'années d'expérience professionnelle, peuvent accéder à des postes de commandement ou participer à l'élaboration des progrès techniques de la Navigation Aérienne.
Avec quels autres professionnels travaillez-vous ?
Les pilotes de ligne principalement.
Qu'appréciez-vous le plus dans votre métier ?
La responsabilité.
Et qu'appréciez-vous le moins ?
Les quelques contraintes citées plus haut.
Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui souhaite exercer le même métier que vous ?
De bien s'y préparer. Bon courage pour le concours et... bienvenue parmi les ingénieurs du contrôle de la navigation aérienne, appellation et statut officiel des "Aiguilleurs du ciel".
Jacques, 61 ans, a répondu le 25/02/09 au formulaire en ligne Professionnels, témoignez !

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN JACQUES, 61 ANS, CONTRÔLEUR AÉRIEN

Caroline

22 ans

STRASBOURG - FACULTÉ DES SCIENCES DE LA VIE

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (1)

bellanca 28 avril 2009 14:05 #1
merci