Jamais fatigué : c'est possible !



Tous les matins, c'est la même torture : le réveil sonne, mais tu n'arrives pas à sortir de ta couette. Dans la journée, tu as des coups de fatigue... Le Dr Royant-Parola* te livre ses conseils pour avoir la pêche, quoi qu'il arrive !

1. Service minimum : 8 heures
Entre les cours, le sport, les potes et l'ordi, ton agenda affiche complet. Sache que dormir n'est pas « en option » : cela permet de récupérer, et de se construire une santé de fer et un cerveau de compétition. Les expériences ont prouvé qu'un ado sans contrainte dormait en moyenne 10 heures par nuit, bien plus qu'un adulte ! « Le minimum pour un ado est de 8 heures de sommeil, souligne le Dr Royant-Parola. Manquer de sommeil revient à se mettre en danger. »
2. L'effet « roupillon »
De mauvaises ou trop courtes nuits ont des conséquences : 65 % des ados avouent être fatigués au réveil une fois par semaine et un sur cinq dit somnoler dans la journée (enquête Sofres/ISV 2005). Si cela t'arrive, il faut te poser les bonnes questions et y remédier. Un coup de pompe en début d'après-midi n'est pas dramatique. Mais se réveiller fatigué tous les matins peut révéler autre chose, trop de stress, une déprime cachée...
3. Se mettre en veille après le dîner
Bien dormir suppose déjà d'être capable de trouver le sommeil. Se mettre au lit après un entraînement sportif intense n'est pas l'idéal : ton corps a besoin d'une à deux heures pour retrouver son « calme ». Évite aussi les excitants (café, coca...) et éteins ordi, console de jeux et portable une heure avant le coucher. Et si tes paupières tombent ou que tu bailles, c'est un signe : il ne faut pas traîner !
4. Le mythe de la grasse mat'
Côté sommeil comme en musique, tout est question de rythmes. Et il est impossible de rattraper les heures de sommeil zappées. « Si un jeune se lève à 7h pour aller au lycée et décale son réveil à midi passé le week-end, il s'impose un décalage horaire équivalant à un Paris-New York chaque semaine ! » signale le Dr Royant-Parola. Le corps doit faire un effort épuisant pour s'adapter, alors que lundi matin, le réveil sonnera de nouveau à 7h. Solution : repousser de 2 heures maxi ton lever le week-end, quitte à faire une courte sieste (30 mn) à la mi-journée.
5. Attention à la cyberlumière !
Notre corps cale ses rythmes biologiques sur la lumière. Forte, elle stimule, faible, elle incite au repos. Mais certaines sources lumineuses artificielles brouillent les pistes. C'est le cas de l'écran d'ordi. Contrairement à celui d'une télé ou d'une lampe, il est tout près du visage. Si tu passes ta soirée devant l'écran, la lumière qu'il réfléchit te maintiendra éveillé(e) bien plus tard qu'il ne le faudrait !
* Le Dr Royant-Parola est spécialiste du sommeil et présidente du Réseau Morphée
Par Juliette Labaronne

pub

Albane 20 ans

École Camondo
Architecte d'intérieur et Designer

Discuter avec Albane

Découvrir d'autres étudiant(e)s »

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié