Jeremy, 23 ans, technicien méthodes et lauréat des Olympiades des métiers 2011



Quel est ton parcours scolaire et professionnel ?
J'ai commencé par un BEP maintenance des systèmes mécaniques automatisés, que j'ai effectué en apprentissage dans l'entreprise Talc de Luzenac. J'ai ensuite obtenu un bac professionnel maintenance des équipements industriels, puis un BTS Maintenance industrielle (bac +2), pour finir avec une licence professionnelle contrôle des installations et ingénierie de maintenance en un an, à l'IUT de Blagnac. Tout le long de mon parcours scolaire, j'ai été suivi par la même entreprise entant qu'apprenti.
Au cours de cet apprentissage j'ai été mécanicien, électromécanicien et technicien méthodes.
Quand et comment t'es venue l'idée d'exercer cette profession ?
Mon père est responsable d'une équipe de maintenance dans une entreprise de fabrication d'aluminium. Depuis tout petit, j'ai toujours aimé la mécanique, le montage/démontage et la réparation j'ai donc logiquement suivi les traces de mon père.
Aujourd'hui, que fais-tu ? En quoi consiste ton métier ? Dans quelle entreprise travailles-tu ?
Aujourd'hui je travaille en autonomie dans une entreprise d'extraction, de broyage et de conditionnement de talc. Je suis responsable d'un parc de machines clés dans le secteur du conditionnement. Je dois le maintenir en état de fonctionnement et augmenter ses capacités de production. Il faut savoir gérer le personnel, les budgets, les délais et être techniquement précis et polyvalent.
Quels sont les avantages et les inconvénients de ce métier ?
Les avantages sont tout d'abord la perpétuelle évolution du métier, on doit sans cesse se former afin de répondre aux exigences techniques. De plus, la polyvalence de ce métier regroupant de nombreux domaines (mécanique, pneumatique, hydraulique, électrique, automatique, informatique, gestion...) permet de s'épanouir au maximum et d'éviter la monotonie.
L'inconvénient principal est que comme l'on doit maintenir des outils de production les horaires des techniciens sont très flexibles et la disponibilité doit être omniprésente.
Pourquoi avoir participé aux Olympiades des Métiers 2011 ?
J'avais participé aux précédentes Olympiades des Métiers sans avoir pu passer le cap de la compétition régionale car la concurrence était rude et que je passais en parallèle mon BTS. Cette année, j'ai concouru avec un nouveau binôme, Billy, avec lequel je partageais la même ambition : aller à Londres ! J'ai réalisé l'importance et l'intérêt de vivre cette expérience tant au niveau humain que professionnel.

En trois mots, comment définirais-tu cette compétition ?
Valorisante, grandissante, œcuménique.
Comment t'es-tu préparé aux Finales Nationales ?
Avec mon binôme, nous nous sommes entraînés dès le début en ne pensant qu'à Londres qui est notre unique objectif. De là, nous avons mis tout notre temps libre à contribution pour cerner nos points faibles et les travailler afin d'augmenter nos compétences techniques et notre rapidité.
En quoi consistaient les épreuves de la compétition nationale ?
Pour notre métier, tous les sujets sont inconnus et chronométrés. On a eu des épreuves de programmation avec différents cahiers des charges à respecter, on a également dû monter, programmer et optimiser deux machines.
Quel souvenir garderas-tu des Finales Nationales des Olympiades des Métiers ?
Le principal souvenir que je garderais des Olympiades des Métiers est d'avoir partagé des moments exceptionnels avec l'équipe Midi-Pyrénées et avec mon binôme. De plus, je garderais toujours à l'esprit la façon dont j'ai réussi à me surpasser, à dépasser mes limites tant au niveau de mes compétences, de la gestion du stress qu'au niveau physique car ces trois jours de compétition étaient très intenses !
Quel est ton truc pour gérer la pression ?
J'ai appris énormément lors des préparations régionales avec le staff du Stade Toulousain concernant la gestion du stress. J'ai une petite technique quand j'angoisse trop qui consiste à me passer une musique dans la tête pour me détendre et reprendre pied. Le fait de travailler en binôme exige de garder la tête froide pour ne pas déstabiliser l'autre et gérer ensemble toutes les épreuves.
Quels sont tes futurs projets ?
Outre le fait de vouloir aller le plus loin possible dans la course au podium mondial, je compte profiter de cette opportunité pour développer mes compétences techniques et faire de cette compétition une expérience de ma vie qui restera exceptionnelle. En dehors des Olympiades des Métiers, je souhaite continuer d'apprendre professionnellement.

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN JEREMY, 23 ANS, TECHNICIEN MÉTHODES ET LAURÉAT DES OLYMPIADES DES MÉTIERS 2011

Hélène

20 ans

UNDIZ, VENTE EN LINGERIE

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié