Julie, 31 ans, sophrologue



Depuis 2008, Julie est sophrologue. Grâce à la relaxation, elle aide ses patients, à reprendre confiance en eux et à trouver les ressources nécessaires pour faire face à leurs problèmes. Un métier passionnant, qui se développe.


Quel est votre parcours scolaire ?
Après avoir obtenu un bac littéraire, j'ai réalisé une licence en psychologie. Les relations humaines m'intéressaient, mais je ne souhaitais pas devenir psychologue pour autant.
Qu'avez-vous fait, avant de devenir sophrologue ?
Une fois ma licence de psychologie en poche, j'avais envie de faire une pause pour découvrir le monde, partir à l'aventure, vivre ma vie, quoi ! Pendant quatre ans, j'ai donc parcouru le monde, je vivais de petits boulots. Cette expérience m'a permis d'observer les gens et les comportements humains, mais surtout de me découvrir. Ce fut une expérience très enrichissante, que je recommande aux jeunes ! Puis, j'ai eu envie de me poser. Je pratiquais le yoga et la relaxation. En pianotant sur Internet, j'ai découvert une formation en sophrologie. Cela a tout de suite fait tilt ! Et puis je savais que, contrairement à la naturopathie, la sophrologie se développe et se popularise. On peut réussir à en vivre, même si ce n'est pas facile. L'animation d'ateliers dans des entreprises (cours hebdomadaires au siège d'une société, interventions lors de séminaires...) est particulièrement rentable.
Comment s'est déroulée votre formation ?
J'ai choisi le centre qui me paraissait le plus sérieux et dont les cours étaient les plus complets. La formation a duré 11 mois et aucun diplôme n'est requis pour s'y inscrire. Il y a une partie théorique et pratique. Le certificat (non reconnu par l'Etat) se valide après un stage de 12 heures où l'on anime des séances de groupes et individuelles. Avant de démarrer, j'ai complété ma formation par des cours de coaching personnel.
En quoi consiste votre métier ?
En sophrologie, la relaxation est un outil pour harmoniser le corps et l'esprit. Grâce à cette science, les patients apprennent à trouver des ressources en eux et à reprendre confiance. Les personnes qui pratiquent la sophrologie en groupe, sont là pour se relaxer. Les patients individuels ont des problèmes qu'ils souhaitent résoudre ou surmonter avec la sophrologie : crise d'angoisse, cancer, stress, préparation à l'accouchement...
http://www.imaginetonfutur.com/Conseils-pour-des-revisions-zen.html] à destination des lycéens, dans le cadre de la préparation au bac. Il m'arrive également de monter des ateliers de sophrologie au sein des entreprises, notamment pour gérer le stress des salariés.
Arrivez-vous à vivre de cette activité ?
Oui et plutôt bien ! Mais, ce n'est pas le cas de tout le monde. C'est difficile de se lancer et d'ouvrir son propre cabinet, c'est une prise de risque réelle. Pour créer une clientèle, il faut compter entre deux et trois ans. Pendant cette période, il faut communiquer, sans relâche : se faire connaître auprès des pharmaciens et médecins, faire de la publicité dans des journaux locaux, créer un site Internet... On a rien, sans rien ! Puis, grâce au bouche à oreille, d'autres patients viennent et vous créez ainsi votre clientèle.
Quels sont les avantages et les inconvénients du métier de sophrologue ?
Je travaille par plaisir, ce métier est une passion. Je suis mon propre patron et c'est génial. Mais, se mettre à son compte, ce n'est pas évident. Il faut aussi savoir qu'en tant que sophrologue, on peut aussi être salarié d'une grande entreprise ou d'un organisme paramédical. En cabinet, on peut aussi souffrir de solitude, mais ce n'est pas mon cas car je travaille également dans un centre de formation où je rencontre d'autres professionnels.
Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui souhaitent devenir sophrologue ?
C'est avant tout, un métier de passionnés. Pour exercer cette profession, il faut l'être ! Il faut aussi être créatif, aimer transmettre un savoir et être à l'écoute. Il est utile de savoir écouter et répondre aux attentes des patients. Enfin, il est nécessaire de bien se connaître, de bien connaître son corps... C'est indispensable quand on fait travailler des personnes sur la relation entre le corps et l'esprit.
Propos recueillis par Diane Dussud

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN JULIE, 31 ANS, SOPHROLOGUE

Dominique

18 ans

IUT DE MULHOUSE, UNIVERSITÉ DE HAUTE ALSACE MULHOUSE

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (13)

COUSSON 18 avril 2016 20:40 #1
meli
Bonjour,

Merci pour votre témoignage, connaissez vous des organismes de formation sérieux en région parisienne.
Merci d'avance pour cotre réponse.

Bonjour à toutes et à tous,

Je crois connaitre un organisme sérieux et surtout une école dans laquelle l'enseignement est empreint d'authenticité ....!
Il s'agit de l'ACADEMIE DE SOPHROLOGIE DE PARIS (Dr CHENE)....
bonne soirée
bien à vous
Christian COUSSON
Praticien SOPROLOGUE
certifié par l'Etat (RNCP)
Professeur d'Arts Martiaux
Diplômé Etat Supérieur
www.christian-cousson-sophrologue.fr
meli 24 mars 2015 13:31 #2
Bonjour,

Merci pour votre témoignage, connaissez vous des organismes de formation sérieux en région parisienne.
Merci d'avance pour cotre réponse.
Dante 16 mars 2015 21:49 #3
Bonsoir
J aimerai savoir ou avez vous fait votre formation car j aimerai m orienter dans sophrologie . Bien cordialement
FRABBONI 12 mars 2015 09:42 #4
merci ! il est important de bien se renseigner sur formations...site FEPS pour trouver mines d'infos...merci
servant 12 mars 2015 09:41 #5
Merci pour ce temoignage! Il me semble bien d'amener une info comme quoi un diplôme de sophro existe délivré par des écoles comme celles s'etant fédéré autour de la FEPS, sur deux année en présentiels avec un minimum de 400 h de cours, et un diplôme reconnu au repertoire national des certifications nationales....il en 12 en France, bon chemin !