Laumav, 43 ans, directeur commercial et marketing



Quel a été votre parcours professionnel avant d'exercer votre métier actuel ?
Ma première expérience, c'était en 1991 et ce fut dans une petite agence de publicité locale ou j'étais en charge du réseau d'affichage et de la publicité dans un journal d'annonces gratuit.
Ensuite, chef de rayon en grande distribution, chez Auchan pendant 5 ans, la voie royale pour le commerce sans le salaire... mais une très bonne formation, des responsabilités et de quoi se faire plaisir en terme de management.
De là, 5 ans en tant que responsable de centrale d'achats accessoires moto chez Yamaha Motor France, le poste rêvé pour un passionné de moto comme moi. J'envoyais tous les mois mon CV à tous les grands acteurs du monde de la moto et finalement c'est en répondant à une annonce dans la presse spécialisée que j'ai obtenu ce poste. Un patron charismatique, des produits excellents et la possibilité de développer les ventes selon mes propres aspirations : un CA multiplié par 6 en 5 ans sur un marché hyper compétitif et cependant dans le respect des marges.
Ensuite un passage dans une petite structure en tant que directeur général pour vendre une seule marque, les plaquettes de freins carbone lorraine. Dans le même temps j'en profite pour ouvrir ma société de distribution aux USA pour vendre les mêmes produits avec la bénédiction de la maison mère.
Après trois ans d'activité la petite société de distribution est rachetée par le groupe carbone lorraine où je deviens directeur commercial et marketing monde pour les plaquettes de freins Moto.
Deux ans de plus et la division frein est rachetée par le groupe Faiveley, spécialisé dans le ferroviaire, ce qui nous emmène à mon poste actuel, occupé depuis 2008.
Quel métier exercez-vous aujourd'hui ?
Directeur commercial et marketing auto moto vtt pour l'activité freins.
Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?
Au départ la passion des sports mécaniques. J'ai longtemps pratiqué la compétition moto en championnat de France d'enduro, puis le commerce a pris le dessus ainsi que les relations humaines, qui comptent à 60% dans mon métier, les 40 autres % étant liés à la qualité produit.
En quoi consiste précisément votre métier ? A quoi ressemble votre quotidien ?
Mettre en place un réseau mondial de distribution, tant pour l'auto, la moto que le VTT (pour exemple, plus de 40 distributeurs en moto à travers le monde). Suivi et gestion des réseaux. Recherche de nouveaux clients tant en aftermarket qu'en équipement d'origine, développement de marques en private label. La partie Marketing est importante aussi avec le lancement régulier de nouveaux produits, le suivi des noms et marques ainsi que les relations presse et sportives. Le suivi des compétitions ainsi que l'aide que nous apportons aux différents teams en course, nous sommes présents sur plusieurs championnats du monde avec nombre de teams prestigieux, sont assez consommateurs d'énergie mais très positifs pour la marque.
Avec quels autres professionnels travaillez-vous ?
Des professionnels aux horizons très différents mais presque tous du monde des sports mécaniques. Team managers, chefs d'entreprises distributeurs de nos produits à l'étranger, patrons de concessions motos en France ou directeurs commerciaux dans de grandes entreprises françaises.
Qu'appréciez-vous le plus dans votre métier ?
Rencontrer des gens différents tous les jours ! Leur faire partager notre passion du produit et permettre ainsi à leurs clients soit de gagner des championnats soit d'améliorer leur sécurité dans leurs déplacements de tous les jours. Chaque semaine un nouveau pays est à visiter, chaque semaine un nouveau contact et une nouvelle solution à apporter à un client différent, dans un pays et donc un contexte différent : passionnant.
Et qu'appréciez-vous le moins ?
Chaque semaine un nouveau pays ! La fatigue due aux décalages horaires qui s'accumulent. J'habite dans le sud de la France, mon bureau est à paris et de là je prends l'avion pour me rendre à l'étranger. Deux jours par semaine à la maison et donc pas d'activités extérieures telles que la moto afin de pouvoir voir ma famille... Ce sont les limites d'un emploi pris par passion mais qui au final ne permet plus de l'exercer, faute de temps !
Comment envisagez-vous votre avenir professionnel ? Avez-vous des projets, des rêves ?
J'envisage de m'orienter vers des secteurs du groupe que je connais moins mais qui offrent de belles remises en question, l'énergie éolienne, qui a besoin de freins pour fonctionner, idem pour l'industrie du moulinet de pêche, ou encore le ferroviaire, même si le côté sportif me manquera certainement.
Pour les projets et les rêves, très certainement faire profiter une organisation humanitaire de mes compétences dans le développement et la gestion des réseaux. La création d'entreprise reste aussi quelque chose auquel j'aimerais m'atteler, même si je le dis depuis que je suis sorti d'école ! Une fois la tête dans le guidon il est dur de s'y pencher sans délaisser son emploi.
Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui souhaite exercer le même métier que vous ?
Suivre ses passions tout en se souvenant que lorsque l'on est en poste, le commerce est primordial, vendre l'objet de ses passions reste vendre, la passion revient après la transaction, quand on peut parler avec son interlocuteur de la dernière séance d'essai à laquelle on a pu participer sur une manche de championnat du monde.
Laumav, 43 ans, directeur commercial et marketing, a répondu le 28/04/09 au formulaire en ligne Professionnels, témoignez !

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN LAUMAV, 43 ANS, DIRECTEUR COMMERCIAL ET MARKETING

Faridja

19 ans

UNIVERSITÉ DE LA SORBONNE NOUVELLE - PARIS 3

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (2)

Antoine 30 avril 2012 13:50 #1
Bonjour, peut on vous contacter par mail? Merci par avance Cordialement Antoine
antoine 30 avril 2012 13:43 #2
Bonjour, peut on vous contacter par mail? Merci par avance Antoine