Laurent, 40 ans, responsable d'agence (propreté)



« Dans la propreté, tout est possible ! »

À 40 ans, Laurent à une belle carrière derrière et... devant lui ! Travailler dans une grande entreprise lui a permis d'endosser plusieurs fonctions dans divers domaines. Aujourd'hui, il est directeur d'une agence Onet de plus de 400 personnes. Témoignage.

Pourquoi avoir intégré le secteur de la propreté ?
Au départ, je voulais travailler dans la publicité ou dans les relations publiques, mais après une première expérience dans le milieu de la vente en tant que chef de département, j'ai intégré en 1993 une entreprise de nettoyage où travaillaient mon père et mes oncles. J'en ai entendu parler tout au long de mon enfance, je connaissais bien ce secteur. Je savais qu'on pouvait y mener une carrière riche.
Quel est votre parcours au sein de cette structure ?
J'ai souhaité apprendre le métier à la base, j'ai donc débuté en tant que chef d'équipe dans le nettoyage de foyers de travailleurs migrants. Cette expérience m'a beaucoup appris. Puis, j'ai été commercial pour la région Ile-de-France, mais l'aspect management me manquait. Par la suite j'ai été inspecteur, directeur adjoint d'une agence à Paris puis directeur d'agence à Rueil-Malmaison. Depuis 2007, c'est une agence à Rungis que je dirige.
En quoi consiste votre travail ?
Le directeur d'agence est responsable d'un budget, de collaborateurs et de clients. Je mets en œuvre les objectifs stratégiques, commerciaux, marketing et financiers définis par la direction de l'entreprise. Je recrute et je gère également le personnel. Ce qui représente entre 400 et 450 personnes dont une quinzaine d'employés administratifs et encadrement d'exploitation. Je suis aussi le lien avec nos partenaires sociaux : les syndicats, le comité d'entreprise, les délégués du personnel...
Qu'est-ce que vous aimez le moins dans votre métier ?
Avec des journées bien remplies, il faut être capable de garder intacte sa capacité d'analyse et ce quelque soit la casquette que l'on a au moment de la journée : commerciale, exploitation, sociale... Ce que je peux dire concernant le secteur de la propreté, c'est qu'il y a un problème d'image vis-à-vis des jeunes. C'est un secteur peu valorisé auprès du grand public. Nous manquons de reconnaissance, nous sommes pourtant de vrais professionnels dans notre domaine, reconnus par différentes habilitations et certifications. Je pense qu'il y a un réel effort de communication à faire afin de changer cela.
Et le plus ?
Je suis très autonome ce qui me permet de prendre des initiatives. J'apprécie le côté relationnel de mon métier. Nous sommes amenés à travailler partout : dans des lieux insolites, protégés ou même classés « secret défense ». Chaque site, chaque endroit est un client potentiel et je me dis qu'un jour je pourrais y aller.
Quels conseils pourriez-vous donner à nos internautes ?
Il ne faut pas avoir peur de se lancer. Les entreprises de propreté offrent de réelles possibilités d'évolution de carrière. Il y a de nombreuses opportunités. Dans la propreté, tout est possible !
Par Diane Dussud

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN LAURENT, 40 ANS, RESPONSABLE D'AGENCE (PROPRETÉ)

Marine

21 ans

UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié