Ludovic Delcroix, directeur artistique technique dans les jeux vidéo



Quel est ton parcours scolaire ?
Après un Bac ES (Economique et Social), j'ai décroché un BTS compta gestion, et après un stage, je me suis vite rendu compte que je voulais suivre une autre voie. Passionné à l'époque (1993) par les images de synthèse du salon Imagina, j'ai passé le concours d'entrée de SupInfocom à Valenciennes et j'y ai passé 3 ans et suis sorti avec un diplôme d'infographiste 3D. Avant d'entrer dans le monde du jeu vidéo, j'ai passé 1 an ½ dans une société d'architecture.
Quel métier exerces-tu ? Pourquoi ce choix, pourquoi travailler dans l'univers des jeux vidéo ?
Je suis actuellement Directeur Artistique technique|Fiche métier directeur artistique de la société Wizarbox. Passionné depuis ma plus tendre enfance par l'image, la technologie, les jeux vidéo (j'ai vécu les années 80 - 90 avec l'essor des technologies et la progression fulgurante des jeux vidéo), le cinéma... Le jeu vidéo était l'un des domaines qui me tenait particulièrement à cœur.
En quoi consiste précisément ton métier ? Quel est ton quotidien ?
Mon métier consiste dans un premier temps à analyser, organiser, budgéter les tâches graphiques d'un projet de jeu video.
A partir d'un game design|Fiche métier game designer, je dresse la liste des éléments graphiques à produire, je définis les process techniques de production (comment on va produire ces éléments graphiques), et ensuite il faut répartir ces tâches à des graphistes en respectant un budget alloué, plus ou moins élevé selon les prod.
S'il reste du temps, je participe à la prod graphique (il est nécessaire dans ce milieu de toujours garder un contact avec la production).
Quels sont les « plus » et les « moins » de ton job ?
Il y a déjà le plaisir de travailler dans une industrie aussi passionnante et de pouvoir changer d'univers à chaque projet.
Le plaisir et la fierté de voir le fruit de son travail dans une boite en magasin est également indéniable.
A côté de cela, ce qui est un plus mais également un moins, c'est qu'il s'agit d'un métier qui exige un investissement professionnel et personnel très important. Les technologies et les logiciels évoluant constamment, il faut se tenir au fait des évolutions et mettre à jour régulièrement ses connaissances par l'apprentissage de nouvelles techniques et logiciels (depuis l'école, j'ai pratiqué 12 versions du logiciel 3dsmax et la dernière version n'a plus grand-chose à voir avec les premières).
Dans les moins, il y a également l'instabilité professionnelle. En effet la production de jeux vidéo peine à trouver une stabilité financière en France. Et j'ai déjà connu plusieurs fermetures de société.
On dit que l'univers des jeux vidéos est peuplé de « geek » et de personnes souffrant du syndrome de « Peter Pan ». Mythe ou réalité ?
Des geeks, il y en a de plus en plus dans le métro, dans la rue, dans les entreprises... donc forcément le monde du jeu ne fait pas exception à la règle. Et si à bientôt 40 ans, c'est considéré comme geek de passer des soirées devant sa console, de s'intéresser à des tas de gadgets technologiques et d'être incapable de passer plus d'une journée sans internet, alors j'en suis un aussi !
A quels projets as-tu participé ? Sur quel jeu as-tu préféré travailler ?
Entre les années 1998 et aujourd'hui, j'ai participé aux projets suivants :
- Evidence - The last Report (un jeu d'aventure sur PC et Playstation)
- Corsairs (un jeu de stratégie sur PC)
- Les fourmis (un jeu de stratégie sur PC adaptation du roman de Bernard Verber)
- Des chiffres et les lettres (adaptation de l'émission TV sur PC)
- The Mission (un jeu d'action sur Playstation)
- Ben Hur (une course de chars sur Playstation2)
- City life (un jeu de gestion sur PC)
- Azur & Asmar (un jeu de plateforme sur PC)
- So Blonde (un jeu d'aventure sur PC)
- So Blonde, retour sur l'ile (un jeu d'aventure sur Wii et DS)
- Lea passion médecine (un jeu de filles sur DS)
- Captain Morgane (un jeu d'aventure sur Wii DS PC PS3 - à paraitre)
J'ai pris énormément de plaisir à travailler sur le projet Corsairs, s'agissant de l'un de mes tous premiers jeux et l'univers des pirates me tenant particulièrement à cœur. J'ai retrouvé cet enthousiasme en participant à la série des SoBlonde et Captain Morgane, les jeux se déroulant dans ce même univers de la piraterie. Il s'agit également de jeux d'aventure graphiques offrant une part importante à la production artistique.
Si tu étais un jeu vidéo, lequel serais-tu et pourquoi ?
Dans les jeux rétro, je dirais la série des Monkey Island, pour l'humour, l'univers et la référence qu'ils sont.
Et dans les jeux plus récents, je dirais Darksiders car j'ai toujours rêvé d'incarner un chevalier de l'apocalypse... ;) Mais aussi pour le soin apporté au design, l'originalité de l'univers et la réunion de gameplay intéressante...
Consulte le premier référentiel des métiers de la production des jeux vidéo !
PLUS DE TEMOIGNAGES DE PROS DANS LES JEUX VIDEO
Anthony Lejeune, directeur artistique dans les jeux vidéo
Saïda Mirzoeva, lead graphiste 2D/3D dans les jeux vidéo
Graphiste 2D / 3D dans les jeux vidéo
Jérôme Britneff-Bondy, lead game designer
Clément, 27 ans, game designer
Antoine-Henry, 26 ans, game designer
Jeremy Raulet, développeur de jeux vidéo
François Francken, programmeur dans les jeux vidéo
Pascal Leclerc, programmeur développeur de jeux vidéo
Sébastien Chipot-Delys, Manager Qualité-Assurance ou testeur de jeux vidéo
Cédric, 26 ans, testeur de jeux vidéo

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN LUDOVIC DELCROIX, DIRECTEUR ARTISTIQUE TECHNIQUE DANS LES JEUX VIDÉO

léa

21 ans

AUDENCIA BUSINESS SCHOOL - PROGRAMMES MASTÈRES SPÉCIALISÉS

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (0)