Mathieu Madénian, 35 ans, humoriste



Comique multi-cartes, Mathieu Madénian débute dans « Un Gars, Une Fille ». Aujourd'hui, il a son propre one-man show, il est aussi chroniqueur sur Europe 1 et bientôt dans l'émission « Vivement Dimanche » de Michel Drucker. Rencontre.

Dans ton one-man show, tu livres ta vision du monde, tu parles de tes expériences. Ton quotidien est donc ta principale source d'inspiration ?
Mathieu Madénian : Oui ! Je joue dans une petite salle où je suis entouré par le public : je joue donc avec lui, je le fais participer, je le prends à témoin... Il faut qu'il y ait une interaction avec les spectateurs et pour cela rien de mieux que d'évoquer le quotidien.

Ton spectacle change donc tous les soirs ?
Mathieu Madénian : Oui, chaque soirée est unique car le public change et puis j'adapte des sketches en fonction de l'actualité. Par exemple, je viens d'en écrire un sur l'expulsion des Roms et sur le dérapage de Lio qui a déclaré souhaiter que Nicolas Sarkozy crève rapidement...
En plus de ce show, tu es aussi chroniqueur sur « Europe 1 » ?
Mathieu Madénian : J'ai ma chronique qui s'appelle « Télé Délires » dans l'émission « Grand direct des médias » de Morandini. J'y analyse la télé, c'est très sympa et puis il y a une bonne ambiance.
Chroniqueur radio et humoriste sur scène, c'est différent, non ?
Mathieu Madénian : Ce sont deux métiers différents. La radio, c'est un exercice difficile : il faut fournir 4-5 sketchs par jour, il n'y a aucun public donc aucune interaction. Ce n'est pas évident de tenir le rythme avec les deux, mais je ne vais pas me plaindre alors que certains de mes amis comiques, travaillent au Mc Do, à côté.
Quels sont tes projets ?
Mathieu Madénian : Dés le 10 octobre, je vais être chroniqueur dans « Vivement Dimanche » présenté par Michel Drucker sur France 2. J'y signerai des billets d'humeur sur la télévision.
Flash-back. Peux-tu nous parler de tes débuts dans la comédie ?
Mathieu Madénian : Après m'être inscrit au barreau de Marseille, en tant qu'avocat spécialiste criminologie, j'ai décidé de vivre de ma passion. En octobre 2001, je suis monté à Paris et j'ai eu beaucoup de chance car deux mois plus tard, j'obtenais un rôle dans « un Gars, une Fille ». J'étais le perchiste au ski, le prof d'aquagym au Touquet, le chauffeur de taxi à Paris, le pilote de montgolfière... Pendant 3 ans, je tenais le second rôle masculin. On entendait que ma voix, on ne voyait jamais ma tête, un peu bizarre. Ça a été un tremplin formidable.

Tu t'es d'abord lancé dans le droit ? Pourquoi ?
Mathieu Madénian : J'ai toujours aimé faire rire les gens, mais je ne m'imaginais pas en faire mon métier. Après mon bac scientifique, je ne savais pas trop quoi faire. Alors je me suis inscrit en droit, car c'est une filière assez généraliste et je me suis régalé ! Je me suis spécialisé en criminologie car cela me passionne. Puis, une fois diplômé, j'ai décidé de tenter l'aventure et de devenir comédien.
Quel lycéen étais-tu ?
Mathieu Madénian : J'étais un jeune sérieux, sans histoire, je bossais et faisais pas mal de sport. J'adorais jouer au basket.
Quels conseils donnerais-tu aux jeunes qui souhaitent devenir comédien ?
Mathieu Madénian : J'ai eu beaucoup de chance : j'ai rencontré les bonnes personnes au bon moment... C'est rare. J'ai envie de leur dire de faire ce qu'ils ont envie. En plus, on va travailler au moins 42 ans, autant faire un métier qui nous éclate. Mais, je conseille vraiment de faire des études en parallèle et d'aller le plus loin possible. Il faut avoir un parachute. Je peux très bien ne plus rien faire d'ici deux ans et retourner dans le Sud exercer comme avocat : rien n'est acquis dans ce milieu et il faut en être conscient.
Propos recueillis par Diane Dussud - © photos : Anthony Dorfmann

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN MATHIEU MADÉNIAN, 35 ANS, HUMORISTE

Séka

21 ans

IPAG BUSINESS SCHOOL, CAMPUS PARIS

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié