Michel Ployé, directeur de l'ISTELI (groupe AFT-IFTIM)



Créées il y a plus de 30 ans, les formations supérieures transport et logistique proposées par l'ISTELI ont évolué avec la nature des échanges commerciaux, les métiers et les besoins de qualification des entreprises. Rencontre avec son directeur.

Pouvez-vous nous présenter l'ISTELI ?
Créé il y a plus de 30 ans, l'ISTELI regroupe un réseau de dix écoles présentes sur l'ensemble du territoire. Elles forment à trois titres professionnels en formation initiale ou en alternance :
- Technicien Supérieur Transport Logistique (TSTL) - Niveau bac +2
- Responsable Production Transport Logistique (RPTL) - Niveau bac +3
- Manager Transport Logistique et Commerce international (MTLCI) - Niveau bac +5
Et assurent une formation professionnelle « Déclarant en Douane et Conseil » - Niveau bac +3
Quelle est la particularité de vos écoles ?
Nous délivrons uniquement des titres professionnels reconnus par l'État (Ministère chargé de l'Emploi). Tous les enseignants sont d'anciens professionnels des métiers du secteur. Les représentants des entreprises de la branche délivrent nos titres et participent aux Conseils Régionaux d'Orientation qui valident les orientations pédagogiques et le développement des écoles. De plus, de nombreuses entreprises sont partenaires de nos écoles. Tout ceci explique notre fort taux de placement : 85% des jeunes diplômés trouvent un emploi dans les trois mois après l'obtention de leur titre.
Quel est le profil de vos élèves qui préparent le Titre professionnel Technicien Supérieur Transport Logistique (TSTL) ?
Ce sont obligatoirement des bacheliers, de tous bacs confondus. Il y a aussi des jeunes sortis d'une première année universitaire, non-satisfaisante, et qui recherchent une formation concrète et professionnalisante. Environ 60% d'entre eux sont des garçons. Certains sont passionnés par l'univers des transports, d'autres par les métiers d'organisation... ce sont des jeunes aux profils variés. Seuls 15 à 20% des jeunes titulaires du TSTL (Bac+2) poursuivent au sein de notre filière (Bac+3 et plus).
Cette année, trois des écoles proposent une nouvelle formation : déclarant en douane et conseil. Pourquoi cette création ?
Cette formation est née d'une demande, à la fois des entreprises du secteur et des fédérations professionnels, qui soulignaient le manque de jeunes formés. Nous avons travaillé -ensemble- pendant une année à sa mise en place. La formation dure 12 mois, sur un volume de 420 heures et s'effectue en alternance. Elle a pour objectif de transmettre les compétences techniques nécessaires à la réalisation des opérations de dédouanement des marchandises. Elle permet de conseiller et d'accompagner les clients dans leurs échanges internationaux. Je ne connais qu'une formation de déclarants en Normandie. La nôtre est dispensée à Marseille, Lyon et Monchy St Eloi, elle concerne des jeunes en formation initiale et amène à un niveau Bac+3.
Quels sont les défis des formations dans le secteur du transport et de la logistique ?
Depuis une dizaine d'année, nous sommes passés à l'ère du numérique : les jeunes sont formés sur des logiciels professionnels, tous les centres de formation sont équipés de salles multimédias, souvent connectés en Wifi... L'informatique a changé les métiers et donc nos formations. Mais, c'est une révolution passée. L'avenir, c'est produire plus propre, moins cher et durablement. Avoir des camions électriques, des pneumatiques qui permettent de moins consommer, mettre en place des livraisons de nuit dans le silence... sont des enjeux majeurs. Tous les jeunes formés à l'ISTELI sont sensibilisés à ces thématiques.
Propos recueillis par Diane Dussud

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN MICHEL PLOYÉ, DIRECTEUR DE L'ISTELI (GROUPE AFT-IFTIM)

GAELLE

24 ans

CLASQUIN LYS

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié