Nadia, 28 ans, acheteur secteur nucléaire



Acheteur, Nadia s'occupe de la passation et du suivi des contrats d'achat pour le compte du CEA. Un métier qui exige des qualités relationnelles et rédactionnelles.

Vous êtes acheteur. En quoi cela consiste-t-il ?
Je m'occupe de la passation des contrats d'achat pour le compte du CEA. A ce titre, je visite les entreprises, établis des relations commerciales avec plusieurs fournisseurs, négocie les prix et rédige les contrats, tous les documents nécessaires à leur passation et les notes de présentation à l'attention de nos ministères de tutelle : nous dépensons de l'argent public, nous devons rendre des comptes. Lorsque les contrats sont signés, je participe à des comités de suivi.
Vous étiez spécialisée dans les contrats liés à l'informatique et à la communication. Depuis quelques mois, vous avez changé de poste et rejoint le secteur nucléaire, est-ce que c'est le même métier ?
Oui. Acheteur est un métier qu'on peut exercer dans différents domaines. Seuls changent les intervenants et les connaissances techniques. Il faut nouer de nouveaux contacts, refaire son carnet d'adresses et découvrir un nouveau secteur. Tout ça permet de se renouveler.
Quelles sont vos missions au quotidien ?
J'ai deux casquettes. La première : acheteur nucléaire pour le centre de Saclay, qui héberge des réacteurs expérimentaux. A ce titre, je suis en contact avec des entreprises qui assurent l'approvisionnement de la matière jusqu'à l'évacuation du combustible, en passant par la maintenance des réacteurs... Je gère les appels d'offres, rédige les contrats, et en assure le suivi.
La seconde : je suis impliquée dans le programme Partenariat Mondial G8 (PMG8). La France et sept autres grandes puissances ont développé ce partenariat pour lutter contre la prolifération des armes de destruction massive. Depuis 2002, tous ces pays investissent des fonds en Russie. C'est pourquoi je suis amenée à aller en Russie quatre ou cinq fois par an pour négocier différents contrats, par exemple, des contrats de réhabilitation de bâtiments implantés sur une ancienne base navale nucléaire, ou des achats d'équipements pour la mise en place d'un système de surveillance environnementale sur un site dédié.
Qu'est ce qui vous plait le plus dans votre métier ?
Le métier d'acheteur est riche et varié. On peut s'investir dans plusieurs projets très différents les uns des autres. C'est un métier humain et intellectuellement passionnant à travers les relations que l'on établit avec les entreprises de différents secteurs et les missions notamment à l'étranger, en Russie. On apporte aussi une réelle plus-value aux projets du CEA, matérialisée par la signature des contrats, à travers le binôme que l'on forme avec les ingénieurs : à eux la partie technique, à nous la partie commerciale.
A quand remonte votre intérêt pour cet univers ?
J'ai entamé des études de droit pour devenir juge d'instruction. Lors de mon cursus universitaire, je me suis finalement spécialisée en droit public car les spécificités de ce domaine m'ont particulièrement intéressée. En DESS, j'ai étudié l'économie, le droit et la gestion de différentes entreprises publiques, (telles que la SNCF, EDF, le CEA). Ayant acquis des connaissances sur la passation des marchés publics, exercer le métier d'acheteur dans une sphère publique était une suite logique...
Propos recueillis par Véronique Gérardin
© photo D.R.

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN NADIA, 28 ANS, ACHETEUR SECTEUR NUCLÉAIRE

Elodie

21 ans

UNIVERSITÉ TOULOUSE CAPITOLE - TOULOUSE 1

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié