Nathalie, 42 ans, chef du projet "actions pédagogiques"



Sa mission : redonner le goût des sciences aux jeunes. Ses armes ? Des cafés des sciences « Junior », des manips scientifiques, des expositions... Nathalie, chef de projet, te dévoile tous les aspects de son métier.

En quoi consiste votre métier ?
Je travaille au sein de la direction de la communication du CEA, je suis plus particulièrement chargée de la mise en place d'« actions pédagogiques » afin de promouvoir la science et la technique et de valoriser les métiers de la recherche auprès des jeunes. Depuis au moins dix ans, il y a une désaffection des jeunes pour les filières scientifiques. C'est un phénomène que l'on observe dans toute l'Europe, et même dans tous les pays industrialisés. Comme nous, de nombreux pays réagissent afin de redonner le goût des sciences aux jeunes.
Comment procédez-vous concrètement ?
Nous sommes organisés en équipe transverse au sein de la direction de la communication, toutes les compétences y sont représentées. Nous travaillons étroitement avec les 23 correspondants répartis dans les 9 centres de recherche du CEA pour décider d'actions particulières ou de publications à imaginer. Nous lançons des expériences pilote comme les Cafés des sciences « Junior » dans les lycées : un thésard vient évoquer devant des lycéens une thématique scientifique choisie par un professeur. Après son intervention, il répond aux questions des adolescents. Ces échanges sont très positifs.
Nous mettons également en place des partenariats avec des musées ou des CCSTI (Centres de Culture Scientifique, Technique ou Industrielle). Nous concevons des outils et des supports pédagogiques pour les collaborateurs qui vont à la rencontre des jeunes ou du grand public, beaucoup d'édition notamment mais également du matériel pédagogique : expositions itinérantes, kits pédagogiques,... Nous proposons aussi des formations à la communication pédagogique en interne et des stages pour les IUFM (Instituts Universitaires de Formation des Maîtres) de Créteil et Versailles. En effet, les enseignants ont un rôle important à jouer dans la revalorisation des sciences.
Quels sont vos projets ?
Nous souhaiterions filmer les différentes « manips » que les chercheurs ont imaginées pour « mieux expliquer la science » en passant par la pratique : il s'agirait en fait de constituer une véritable banque de données avec toute la variété d'expériences mises en place au CEA, souvent inconnues d'un centre à un autre. Cette base pourrait être très précieuse pour la mutualisation des trouvailles et bonnes idées !
Travaillez-vous en collaboration avec des musées ?
Tout à fait ! Nous avons des partenariats avec de grands musées scientifiques. Nous collaborons à de nombreuses expositions. Ce sont LES points d'entrée avec le grand public. Nous proposons, autant que faire se peut, que des chercheurs du CEA soient membres des comités scientifiques. Par exemple, nous avons collaboré à l'exposition « Volcans, séismes et tsunamis » qui se tiendra au Palais de la Découverte du 12 octobre 2007 au 31 août 2008 ; nous sommes partenaires exclusifs de l'exposition « Le grand récit de l'Univers » qui devrait débuter en février 2008 à la Cité des Sciences et de l'Industrie. Plus généralement, nous soutenons de nombreuses actions de diffusion de la culture scientifique auprès du grand public : festival international du film scientifique, concours...
Qu'est-ce que vous appréciez particulièrement dans votre métier ?
C'est un métier varié, il y a beaucoup de contacts et d'échanges. Je suis souvent amenée à me déplacer, et j'aime ça. Travailler dans le domaine de la culture pour les jeunes, c'est tout à fait passionnant ! J'aime mettre en relation deux mondes : c'est très enrichissant.
Et qu'appréciez-vous le moins ?
Que les chercheurs, qui donnent beaucoup de leur énergie pour donner le goût des sciences aux jeunes, ne soient pas toujours soutenus et valorisés par leur propre hiérarchie. Sans eux, rien ne pourrait se faire.
Quels conseils donneriez-vous aux internautes qui souhaitent travailler dans la communication d'un organisme scientifique ?
Il faut avant tout aimer les chercheurs et la science. Il faut être créatif et avoir un bon sens du relationnel.
Propos recueillis par Diane Dussud
© photo : DR

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN NATHALIE, 42 ANS, CHEF DU PROJET "ACTIONS PÉDAGOGIQUES"

Camille

22 ans

PG ORGANISAITON

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié