Non c'est non !



À deux ans (l'âge du non), tu envoyais bouler père et mère. Aujourd'hui, tu as peut-être conservé ce réflexe face à tes parents... Mais devant tes potes, c'est une autre affaire ! Et pourtant, dire non peut te faciliter la vie, voire t'éviter des galères.

Pourquoi tu dis oui ?
Peur de blesser, de paraître impoli, de rater quelque chose, d'être critiqué, rejeté... Tu penses non mais tu dis oui, quitte à inventer une excuse bidon qui te mettra dans une sale situation. Ton cas n'est pas isolé : savoir dire non s'apprend. En prenant confiance en toi.
Quand faut-il résister ?
Ton ex te supplie de ressortir avec toi ? Ton pote n'a jamais d'argent pour payer son Coca ? Ta meilleure copine vole dans les magasins ? C'est le moment de dire stop, même si tu as peur des réactions. Il faut oser dire non quand tu es convaincu de devoir le faire. Tu te feras mieux respecter, tu construiras des relations plus sincères... Et tu éviteras aussi des mauvais plans.
Comment éviter de se faire piéger ?
1 Prends le temps de la réflexion : tu as le droit de réfléchir au calme, sans précipitation.
2 Soigne ton intro : des phrases comme « Je te comprends, mais », « Je vais te surprendre, mais... », « Ce n'est pas facile à dire, mais... » font passer le message en douceur !
3 Ensuite, va droit au but : exprime clairement ton refus, sans laisser planer de doute mais sans agressivité.
4 Implique l'autre : « Je sais que tu peux me comprendre ».
5 Propose un plan B quand c'est possible : « Je ne peux pas sortir ce soir, mais pourquoi pas samedi après-midi ? »
6 Adopte la technique du disque rayé face aux tentatives de relance. Tel le bambou qui plie mais ne casse jamais, tiens bon, sans t'énerver ! Cela décourage les plus coriaces.
7 Abrège par un « J'ai mes raisons », « Désolé, mais je n'ai pas le choix », pour couper court à toute explication vaseuse : se justifier n'est pas une obligation !
8 Ne culpabilise pas après coup : tu n'as pas rejeté le demandeur, mais sa demande ! Au contraire, féli-cite-toi de tes progrès.
9 Fixe-toi des objectifs réalisables : si tu es atteint(e) de timidité aigüe, entraîne-toi en tenant tête à la vendeuse qui veut absolument te vendre une paire de chaussures trop petites.
• Témoignage
Benjamin, 15 ans :
« Je n'arrivais pas à dire non ! »

« Je collectionnais les avertissements au collège, je savais que je n'avais plus le droit à l'erreur.
Des amis m'ont poussé à prendre des bouteilles d'alcool à l'occasion d'un voyage scolaire... Ce n'était pas mon idée, j'étais même plutôt contre, au fond, mais j'ai suivi face à la pression du groupe. Aujourd'hui, cela me paraît puéril, mais à l'époque, quand j'entendais « Tu ne vas pas rester tout seul ! », ça marchait, je n'arrivais pas à dire non. Résultat, on s'est fait dénoncer et j'ai été viré de mon collège. Seul, car mes potes n'avaient pas autant d'antécédents que moi. Je me retrouve en internat et je regrette mon lycée... Avant même cette histoire d'alcool, je m'en veux d'avoir cédé, de m'être fait influencer. Mais je ne leur en veux pas : c'était à moi de dire non ! »

Par Juliette Labaronne

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN NON C'EST NON !

chloé

19 ans

ESC PAU BUSINESS SCHOOL

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié