Pascal, 41 ans, chercheur physicien



Depuis sa thèse, Pascal étudie les interactions entre le laser et la matière. Ces travaux de recherche fondamentale permettent de mieux connaître l'univers et peuvent être utiles à d'autres domaines, la santé par exemple.


En quoi consiste votre métier ?
Je travaille au sein d'une équipe d'une quinzaine de personnes. Nous étudions les interactions entre le laser et la matière. Les rayonnements puissants et brefs d'un laser sont envoyés sur la matière et nous regardons la façon dont elle réagit lorsqu'elle est portée dans des conditions extrêmes, comme celles régnant au cœur des étoiles. À ce stade, la matière n'est qu'une « soupe » composée d'ions et d'électrons, cela s'appelle un plasma. C'est un état de la matière très répandu dans l'univers.
Comment gérez-vous votre temps ?
La réalisation d'expériences et la validation de théories occupent la majeure partie de mon temps. Je m'occupe aussi de rechercher des financements.
À quoi vos recherches mènent-elles concrètement ?
Tous nos résultats sont publiés dans des revues scientifiques. Nos recherches peuvent êtres réutilisées dans différents domaines, c'est valorisant ! Par exemple, des faisceaux de particules accélérées par laser pourraient traiter des tumeurs cancéreuses.
Qu'appréciez-vous particulièrement dans votre métier ?
Le travail en équipe ! Je suis au contact de personnes d'âges, de personnalités et de comportements différents. Ces personnes se complètent et nos échanges sont très enrichissants ! De plus, nous accueillons régulièrement des scientifiques étrangers, qui amènent une vision différente de la recherche : travailler avec eux est très intéressant.
Et qu'appréciez-vous le moins ?
La recherche demande des moyens financiers importants. Il faut solliciter de nombreux organismes européens, régionaux et locaux. Cela prend beaucoup de temps, mais c'est essentiel.
Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui souhaitent travailler dans ce domaine ?
Il ne faut pas hésiter à se lancer et ne pas se décourager face à la longueur des études. Si on aime les sciences, si on est curieux, créatif et que l'on a l'esprit ouvert, on peut faire de la recherche.
Propos recueillis par Diane Dussud
Légende photos : portraits « en situation » sur le laser de recherche UHI10 implanté à Saclay (© P.Stroppa/CEA).

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN PASCAL, 41 ANS, CHERCHEUR PHYSICIEN

Leila

18 ans

INSTITUT CATHOLIQUE DE PARIS - FASSE

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié