Patrick, 29 ans, chercheur post-doctorant



Passionné de mathématiques, Patrick travaille depuis 4 ans sur l'ordonnancement temps réel des tâches dans les systèmes embarqués tels que le BSI (boîtier de servitude intelligent). Intégré aux véhicules à électroniques embarquées, il reçoit l'information et réalise la fonction. Un rôle primordial.

En quoi consiste votre métier ?
Je viens de finir ma thèse sur l'ordonnancement temps réel des tâches dans les systèmes embarqués tels que le BSI (boîtier de servitude intelligent). Ce boîtier est intégré aux véhicules récents. Il joue les rôles de coordinateur, de système de sécurité, de diagnostic, d'aide à la conduite... Toutes les informations électriques et électroniques passent par le BSI. Il reçoit l'information et réalise la fonction. Il peut prendre la décision d'interrompre une fonction pour pouvoir en réaliser une autre. Ma mission : m'assurer qu'à toutes les situations le BSI fonctionne correctement.
Concrètement, comment vous y prenez-vous ?
C'est là que les mathématiques interviennent ! Chaque boîtier est doté d'un logiciel. Je traduis chaque fonction en algorithme et rentre des quantités de programmes afin qu'il prenne la bonne décision pour chaque situation. Il faut déterminer et programmer quelle tâche est plus importante que l'autre dans tel ou tel cas de figure. Si le BSI reçoit l'information de lever la vitre et de freiner et qu'il ne freine pas et privilégie la fonction de remonter la vitre, les conséquences peuvent être terribles. J'ai un peu un rôle de chef d'orchestre. Je dois m'assurer que les tâches cohabitent bien ensemble.

Avec qui travaillez-vous ?
Nous sommes trois à travailler sur ce projet : un directeur d'équipe (chercheur), un ingénieur de recherche et moi. C'est un travail d'équipe. Nous travaillons en lien avec des industriels, nos principaux clients sont : Thalès, PSA et Renault. Nous développons aussi cela pour des avions.
Qu'appréciez-vous le plus dans votre métier ?
Les logiciels sur lesquels je travaille seront implantés dans les véhicules et avions. Je fais des choses utiles pour les générations à venir, c'est très gratifiant !
Et qu'appréciez-vous le moins ?
C'est un métier invisible et souvent mal compris. Les gens ne s'imaginent pas le travail qu'il y a derrière pour qu'ils puissent écouter la radio, actionner leur essuie-glace, freiner, remonter leurs vitres...
Quelles qualités faut-il avoir pour être un bon chercheur ?
Il faut être curieux, aimer comprendre le fonctionnement des choses, être passionné et bosseur.
Propos recueillis par Diane Dussud

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN PATRICK, 29 ANS, CHERCHEUR POST-DOCTORANT

Apolline

21 ans

MONTPELLIER SUPAGRO

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (0)