Pierre, 32 ans, responsable emploi et formation



Diplômé d'EDC en 1998, Pierre est aujourd'hui responsable Emploi et Formation dans une grande entreprise. Il revient sur son parcours, ses projets.
Pourquoi avoir choisi EDC ?
Après mon Bac économique, j'ai opté pour des études d'économie à la fac. C'était dans la logique des choses. Mais au bout d'une année, j'ai décidé d'arrêter. J'avais besoin de pratique, de concret et la faculté ne m'offrait que de la théorie. J'ai passé différents concours d'entrée pour intégrer des écoles de commerces. J'ai été retenu dans plusieurs d'entre elles, mais j'ai choisi EDC car c'est une école qui mettait en avant l'approche pratique et les échanges avec les professionnels. C'est exactement ce que je recherchais.
Est-ce ce que EDC a répondu à vos attentes ?
Oui, parfaitement ! Nous avions beaucoup d'échanges avec les professeurs et les professionnels. À EDC, on ne nous enseigne pas de grandes théories fumeuses mais du concret. C'est une école de commerce « pragmatique » qui place au coeur de ses enseignements les compétences recherchées par les entreprises. Ils nous forment pour que l'on soit opérationnel et polyvalent dès la sortie de l'école. C'est leur atout majeur.
Avez-vous réalisé des stages pendant ces études à EDC ?
Oui. Les stages ont une grande importance dans la formation et sont de vrais tremplins vers la vie active. En deuxième année, j'ai réalisé un stage marketing pendant trois mois chez Cartier. A l'époque, je voulais devenir chef de produit. J'ai travaillé au sein d'une équipe chargée de changer le packaging des boîtes de parfum. C'était très intéressant. En dernière année, j'ai effectué un stage de six mois chez Adecco. J'ai intégré l'équipe commerciale qui avait pour mission de développer des agences d'intérim spécialisées. C'était ma première approche avec les ressources humaines.
Aujourd'hui vous êtes assistant en ressources humaines, comment en êtes-vous arrivé là ?
C'est une longue histoire ! J'ai été contacté par un cabinet de recrutement qui m'a proposé de travailler pour lui : je devais créer une division de recrutement spécialisée en marketing. Cet emploi mêlait donc commerce et recrutement. Mais une fois que la structure a été mise en place, je passais mon temps à mener des entretiens d'embauche. Recruter des personnes sans pouvoir suivre leur évolution est assez frustrant. Au bout de deux ans et demi j'avais envie de voir autre chose, alors j'ai quitté ce cabinet...
Et ensuite, vous avez continué à travailler dans les ressources humaines : qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ?
Trouver « le mouton à cinq pattes », la personne qui correspond le mieux au poste. La part de négociation qui consiste à trouver un compromis entre les exigences de l'employé et celles de l'entreprise me plaît aussi. Et puis, j'aime faire progresser des personnes en interne en leur proposant des formations adaptées ou des évolutions de poste. C'est un métier de contacts et d'échanges avec les salariés.
Et qu'est-ce qui vous plaît le moins ?
Samsung (entreprise coréenne) nous expose des souhaits qui sont souvent compliqués voire impossibles à mettre en place. Par exemple, ils aimeraient que les employés travaillent plus, mais ce n'est pas possible. En France il y a des lois sur le travail qui n'existent pas en Corée.
Quels sont vos projets ?
J'aimerais avoir davantage de responsabilités, notamment dans le domaine du droit social, dans la stratégie et dans la négociation avec les partenaires sociaux. D'ici deux ou trois ans je souhaiterais devenir DRH de la filiale d'une société internationale.
Propos recueillis par Diane Dussud

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN PIERRE, 32 ANS, RESPONSABLE EMPLOI ET FORMATION

Clement

20 ans

ETS ECOLE EUROPÉENNE PARIS

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (1)

UWVsBbaCrJZUbSUS 31 mai 2012 01:27 #1
Jean dit :Je fais la meame obadseradvaadtion. Des peadtits chamadpiadgnons sont apadpaadrus en quanadtite9 le0 of9 j'ai mis du BRF : au pied d'un jeune fiadguier et sur mes plates-bandes de framadboiadsiers. BRF + chamadpiadgnons = proadmesse d'humus et joie du jairdnier. Comme je ne raadmasse pas touadjours l'herbe tonaddue, des peadtits chamadpiadgnons aux pieds minces et aux chaadpeaux poinadtus poussent dans ma peadlouse, peut-eatre des mousadseadrons coadmesadtibles. Les connaisadsant mal, je n'ose pas les manadger. Par contre, j'ai mange9 les coadprins cheadveadlus faadcile e0 reconnaeetre. Au mois de mars, je mange les pisadsenadlits de ma peadlouse, ceux qui sont un peu friadse9s. Ils sont un peu durs ? noradmal pour des pisadsenadlits ? et ont une ameradtume de9adliadcieuse. On se re9gale? Dans mon viladlage des Yveadlines, cette anadne9e, en noadvembre, re9adcolte me9admoadrable en quanadtite9 et quaadlite9 de ce8pes de Boraddeaux et aussi de roadse9s des pre9s. On n'avait jaadmais vu e7a. Excellents.