Quelle sera la voiture de demain ? Entretien avec Teddy Follenfant.



Microbiologiste et agroéconomiste de formation, Teddy Follenfant aime s'appeler « le dinosaure » du développement durable. Depuis 1992, il est conseiller en environnement et développement durable pour de grands groupes et institutions. Il anime Equateur le magazine du développement durable sur Radio RCF. En 2006, il crée l'Association pour la promotion des véhicules écologiques.

Nous vivons une grande cassure. Avec la crise, le pouvoir d'achat est affecté et l'on est contraint à moins dépenser. Notre façon de consommer change. De nouvelles valeurs émergent comme la mobilité durable (mode de déplacement accessible au plus grand nombre ayant un impact environnemental limité). Je pense que d'ici 10 à 20 ans, la voiture deviendra un outil de déplacement complémentaire.
Dans les villes, la voiture du futur sera électrique. Les constructeurs travaillent depuis plusieurs années sur cette technologie non polluante : les soucis d'autonomie des batteries devraient êtres vite réglés. Ainsi, les parkings publics et privés s'équiperont de prises pour recharger les véhicules. J'imagine cette voiture petite, simple, compacte et fabriquée dans un plastique souple qui permettra de changer de carrosserie très facilement. Mais l'atout principal de cette voiture de demain sera les services qu'elle proposera : météo, détecteur de places de parking libres, informations sur les lieux situés à proximité... Car à l'avenir et j'en suis convaincu, les constructeurs automobiles ne vendront plus une voiture comme un produit mais comme un service. D'ailleurs, je pense que les femmes ont leur rôle à jouer dans cette évolution car elle ont un rapport différent avec la voiture. Contrairement aux hommes, elles ne sont pas à la recherche de puissance mais de fonctionnalités et c'est ça la clef de demain !
En lointaine banlieue, à la campagne ou pour « se faire plaisir », nous utiliserons des voitures hybrides. Elles fonctionnent grâce à l'action combinée de deux moteurs : l'un à essence et l'autre électrique. Je ne crois pas à la fin de l'essence. Les ressources sont suffisantes. Grâce aux nouvelles technologies nous découvrons de nouvelles exploitations. L'inconvénient sera le prix.
Enfin, la mobilité durable ne se conçoit pas sans parler d'urbanisme. Les pouvoirs publics et les urbanistes devront penser la ville différemment en adoptant une vraie politique de transports en commun, en créant des parkings relais en périphérie des grandes villes...
Propos recueillis par Diane Dussud
Retrouve sur le même thème les articles suivants :
Comment nous déplacerons-nous demain ?
L'interview d'Hector, 29 ans, thésard

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN QUELLE SERA LA VOITURE DE DEMAIN ? ENTRETIEN AVEC TEDDY FOLLENFANT.

Illyana

21 ans

UNIVERSITÉ DE LIMOGES

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (1)

nicotve 27 janvier 2011 13:47 #1
La voiture de demain sera connectée et à habitacle numérique, les constructeurs avancent leur pions en présentant chacun leurs voitures du futur.