Saïda Mirzoeva, lead graphiste 2D/3D dans les jeux vidéo



" Je fais du dessin, de la 3D et du suivi de production "

Quel est ton parcours scolaire ?
J'ai raté le coche pour le bac S et mon rêve de devenir entomologiste (le spécialiste de l'étude des insectes), je me suis tournée vers un bac L option arts plastiques, avec des cours d'informatique en plus. Après un premier essai en fac d'Histoire de l'Art, puis une excursion en ethnologie, j'ai fait une prépa d'arts appliqués à l'Atelier Hourdé et un an de fac d'Arts du spectacle. Après pas mal de doutes, je me suis inscrite à LISAA Paris, dans la filière des jeux vidéo.
Quel métier exerces-tu ? Pourquoi ce choix, pourquoi travailler dans l'univers des jeux vidéo ?
Je suis « lead » graphiste 2D/3D (chez Cyanide) et le jeu vidéo s'est présenté à moi comme une évidence un beau matin. Je suis une vraie joueuse, passionnée et complètement geek. C'est un milieu qui me correspond et dont je connais bien les codes.
En quoi consiste précisément ton métier ?
Je fais du dessin, de la 3D et du suivi de production, que cela soit avec des collaborateurs graphiste (employés, stagiaires et outsourcing à l'étranger) ou des métiers très différents du mien. Je suis en dialogue permanent avec le lead animateur, le game designer (qui crée les règles - le gameplay -) et les programmeurs chargés d'intégrer tous les éléments graphiques dans le jeu (personnages, décors mais aussi les effets spéciaux ou l'interface).
Quel est ton quotidien ?
Certains jours, j'applique des recettes, je fais des choses imposées par le planning ou par le projet lui-même, et d'autres où je suis libre de créer des personnages et des univers. C'est très chouette !
Quels sont les « plus » et les « moins » de ton job ?
J'adore mon job pour le côté créatif et le fait de pouvoir participer à l'élaboration d'un jeu de A à Z. Par contre, il faut savoir que les graphiste sont moins payés que les game designer (programmeurs), qu'il y a de moins en moins de postes disponibles et que l'on peut tomber sur un projet qui ne corresponde pas du tout à nos envies... Et dernière chose, comme dans tout métier d'équipe, il faut être prêt à faire beaucoup de concessions, ne pas avoir peur de cent fois sur le métier remettre son ouvrage. Sans râler !
On dit que l'univers des jeux vidéo est peuplé de « geek » et de personnes souffrant du syndrome de « Peter Pan ». Mythe ou réalité ?
Il n'y a pas que des geeks dans les boîtes. Mais bien heureusement il y en a quand même ! Ce sont des gens passionnés, prêts à tout pour leur passion. Ce n'est pas juste un métier comme les autres pour eux. Je sais de quoi je parle, ce n'est pas quelque chose dont on peut vraiment se cacher ! Et cette industrie permet de s'assumer comme tel.
A quels projets as-tu participé ? Sur quel jeu as-tu préféré travailler ?
Mon premier stage je l'ai fait en travaillant sur Horse Racing Manager 2... Un gros gros challenge pour une très grande débutante avec un an d'études 3D dans les pattes seulement. Très formateur, totalement différent de l'idée que je me faisais à l'école du travail en entreprise. L'accueil chez Cyanide, à l'époque encore avec des relents de start-up « post-bulle », a été fantastique. Je me suis sentie chez moi très rapidement. Ensuite j'ai travaillé comme seule graphiste sur Blood Bowl DS, puis sur Dungeon Party (un free to play sur PC) et Dungeon Raiders (jeu d'aventure sur DS/Iphone). J'ai été lead artist sur Blood Bowl : Edition Légendaire (adaptation sur PC d'un jeu de plateau de la société anglaise Games Workshop). J'ai vraiment adoré Dugeon pour l'univers très personnel et complètement sans limites. Mais entre le gameplay très novateur de DP et l'honneur de créer 11 races dans l'édition légendaire du jeu de plateau de Games Workshop, mon coeur balance.
Si tu étais un jeu vidéo, lequel serais-tu et pourquoi ?
La quatrième prophétie. C'est un vieux MMORPG qui malgré son look pas forcément à la mode reste porté à bout de bras par une petite communauté, un machin pas forcément fait pour être un jeu à la base, pas mal déséquilibré mais avec une liberté de création assez fatale... Un peu comme moi ! :)
Consulte le premier référentiel des métiers de la production des jeux vidéo !
PLUS DE TEMOIGNAGES DE PROS DANS LES JEUX VIDEO
Graphiste 2D / 3D dans les jeux vidéo
Jérôme Britneff-Bondy, lead game designer
Clément, 27 ans, game designer
Antoine-Henry, 26 ans, game designer
Jeremy Raulet, développeur de jeux vidéo
François Francken, programmeur dans les jeux vidéo
Pascal Leclerc, programmeur développeur de jeux vidéo
Ludovic Delcroix, directeur artistique technique dans les jeux vidéo
Anthony Lejeune, directeur artistique dans les jeux vidéo
Sébastien Chipot-Delys, Manager Qualité-Assurance ou testeur de jeux vidéo
Cédric, 26 ans, testeur de jeux vidéo

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN SAïDA MIRZOEVA, LEAD GRAPHISTE 2D/3D DANS LES JEUX VIDÉO

Anthony

18 ans

ULCO

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (1)

bellanger 4 janvier 2016 15:03 #1
Je cherche un programmeur qui soit capable de faire du jeu en 3d(belote, etc,etc) sur un site de rencontre et mm discothèque virtuelle. Merci de me tenir au courant afin d'affiner mes désidératas