Simon Astier, acteur, scénariste et réalisateur de Hero Corp



Scénariste, acteur et réalisateur ! Imagine ton futur a rencontré Simon Astier, le créateur de Hero Corp, qui revient sur son étonnant parcours !

A l'école, ça donnait quoi ?
Simon Astier : Plus jeune j'étais bègue, handicap reconnu par l'Etat, mais pas vraiment par les professeurs qui me laissaient de côté. J'ai été mal orienté vers une première ES et là j'ai voulu tout quitter. Mais par chance, ma mère m'a obligé à continuer. Nous avons quitté la Bourgogne, pour Paris où j'ai intégré un lycée privé en première L, option audiovisuelle. J'ai rencontré des professionnels, des passionnés, qui étaient à l'écoute et qui m'ont permis d'obtenir mon bac avec mention. J'ai ensuite tenté un BTS de montage audiovisuel, mais j'ai quitté la formation au bout de trois semaines. Le BTS ne me correspondait pas, je montais des petits films depuis l'âge de 12 ans, j'étais donc déjà « calé » en technique. J'ai ensuite intégré une petite école de théâtre, où pendant six mois j'ai suivi une formation intense de danse, théâtre, impro, marionnettes... Là, j'ai commencé à me créer mon réseau de contacts.
Quels métiers as-tu exercé avant de te lancer dans la comédie ?
Simon Astier : J'ai fait plusieurs petits boulots pour financer mes projets personnels. J'ai été pion dans mon ancien lycée, lors du passage à l'euro j'expliquais aux mamies le fonctionnement de la nouvelle monnaie, j'ai été démonteur de postes informatiques en intérim et même journaliste pigiste.
Comment as-tu eu l'idée de créer la série TV Hero Corp ?
Simon Astier : C'est simple, j'aime raconter des histoires. Depuis tout petit, je baigne dans l'univers du théâtre, des grands textes... J'ai vu beaucoup de films de grands producteurs. J'ai voulu être dans une imagerie un peu décalée de ce qui se fait en France et plus proche des Etats-Unis. Avec Hero Corp, je voulais être novateur, décalé. Je ne souhaitais pas me laisser diriger par les chiffres d'audience. J'essaye de faire rêver, de nourrir l'imaginaire avec un univers plus enfantin loin de la moulinette marketing.

As-tu rencontré des obstacles ?
Simon Astier : Pas vraiment, j'ai eu la chance de travailler avec la directrice de programmation de Comédie qui est très ambitieuse. Elle m'a laissé la liberté d'écriture.
Avec quels professionnels travailles-tu sur Hero Corp ?
Simon Astier : Sur le projet, il y a plus d'une cinquantaine de métiers : producteur, directeur de programmation, auteur, régisseur général, script, ingénieur du son, chef monteur, musiciens, chef déco, ripeur, chef maquilleuse, chef coiffeur, costumière, peintre, menuisier, électricien, comédiens, cascadeurs, serveurs, gardien... Et plein d'autres !
Aujourd'hui, à quoi ressemble ton quotidien ?
Simon Astier : J'essaye de calmer le jeu. Depuis 10 ans, je fonce tête baissée dans le travail et il y a peu de temps, je me suis réveillé et me suis posé les bonnes questions. J'ai eu l'occasion de créer ma série, qui a été une énorme opportunité mais qui demande un gros investissement. Hero Corp m'a ouvert de nouvelles portes en tant qu'acteur, ce qui est un peu plus reposant. Je rééquilibre la balance histoire de ne pas devenir fou et de m'occuper de ma famille que j'avais un peu délaissée.
Quels sont les avantages et inconvénients de ton métier ?
Simon Astier : Outre le fait qu'un jour tout peut vous sourire et que le lendemain tout peut s'effondrer, si on arrive à supporter tous les vices du métier, on peut vivre des moments fantastiques.
Quelle image as-tu de la TV d'aujourd'hui ?
Simon Astier : Honnêtement, je pense que l'on montre trop de gens qui n'ont pas de talent, ce qui donne une mauvaise image des métiers artistiques. Il ne suffit pas juste d'être « beau gosse » pour réussir. L'image trash de la télé-réalité vulgarise notre métier.
Quel est ton meilleur souvenir depuis que tu as débuté ta carrière ?
Simon Astier : Le Comic-Con en juillet dernier a été un moment inoubliable, quand j'ai vu tous ces fans de la série crier en cœur « Pinage ! » (réplique culte de la série). Je savais plus où me mettre, j'étais vraiment heureux.

Quels sont tes projets professionnels ?
Simon Astier : Je suis actuellement en tournage pour un téléfilm. J'ai en projet un film indépendant « à petit » budget avec des gens que j'aime. J'ai aussi de nombreuses propositions pour des rôles au cinéma et à la télé. Sans oublier le travail qui continue avec la BD Hero Corp.
Quels conseils donnerais-tu aux jeunes qui souhaitent exercer le métier d'acteur ?
Simon Astier : Ne faites pas ce métier ! (rires) Sérieusement, c'est un métier dur, qui met souvent les nerfs à vif, qui demande un mental d'acier et qui demande des sacrifices. Mais à côté de tout ça, quand on y arrive c'est magique, on a une sensation de bien-être qui est au-dessus de tout.
Propos recueillis par Samira Abdoul

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN SIMON ASTIER, ACTEUR, SCÉNARISTE ET RÉALISATEUR DE HERO CORP

Julie

20 ans

IUT DE LENS

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (1)

inès 19 juillet 2011 22:20 #1
vous êtes un acteur formidable,très doué, imaginatif!! J'adore Hero Corp elle est ma série préférée, je ne cesse de la regarder, les commentaires sont très drôles et les personnages sont géniaux !! J'admire ce que vous faites et l'interview était très intéressante!! Je suis tout de même très déçue que la série s'arrête là mais c'est vrai que ça représente un très gros budget!! Toutefois un grand bravo et un grand merci pour cette superbe série!!!