Sophie, 31 ans, conservateur-restaurateur des œuvres sculptées



Au sein du laboratoire Art-Nucleart du CEA à Grenoble, Sophie Champdavoine offre une nouvelle jeunesse aux œuvres sculptées...Un travail minutieux, qui exige des compétences à la fois scientifiques, techniques et artistiques.

En quoi consiste votre métier ?
Je prends en charge des sculptures abîmées, issues pour la plupart des collections des monuments historiques (églises, musées) et pour quelques unes de collections privées. J'établis un premier diagnostic, puis interviens pour les sauvegarder, c'est-à-dire enrayer les processus de dégradation dont elles font l'objet (attaques d'insectes, champignons, humidité...).
Concrètement, comment intervenez-vous ?
A l'atelier, nous pratiquons des désinsectisations par exposition aux rayons gamma : les sculptures sont placées dans une cellule d'irradiation puis sont exposées au rayonnement du cobalt 60, qui émet un rayonnement gamma. Ce procédé, unique en France, est le seul qui permette de stopper les attaques biologiques que subissent les sculptures. Mais mon rôle ne s'arrête pas là.
Pouvez-vous préciser ?
Souvent, les sculptures ont été repeintes à plusieurs reprises (parfois jusqu'à 22 fois). Je les étudie donc minutieusement pour identifier toutes les phases par lesquelles elles sont passées. C'est un travail de détective, qui permet de reconstituer leur histoire. Ensuite, je fais des propositions d'intervention de restauration, qui sont discutées entre les conservateurs, les propriétaires de l'œuvre et le restaurateur.
Parfois, il s'agit simplement de refixer les écailles de peinture avec de l'adhésif réversible ou bien d'effectuer des retouches à l'aquarelle. Dans d'autres cas, on peut aller beaucoup plus loin : lorsque les sculptures ont été peintes plusieurs fois, on met les différentes phases à nu et on détermine celle qui est la plus intéressante, celle qu'on veut faire renaître au grand jour.
A quand remonte votre intérêt pour cet univers ?
Petite, je baignais dans le milieu artistique. Mon père était professeur d'arts plastiques et artiste-peintre. A l'âge de 16 ans, j'ai rencontré un restaurateur, qui m'a proposé de venir le voir travailler dans son atelier. En l'observant, j'ai su tout de suite que c'était ça que je voulais faire. Cela a été un vrai déclic. J'encourage d'ailleurs tous les jeunes, qui sont intéressés par un domaine, à venir rencontrer des professionnels. C'est ainsi que peuvent naître des vocations.
Qu'est-ce qui vous plait le plus dans votre métier ?
Mon travail est varié, à la fois technique, scientifique et artistique. Enthousiaste et manuelle, j'adore l'idée de prendre une œuvre en charge, l'étudier, la faire connaître aux autres et lui rendre, à la fin, toute son intégrité et son histoire. A chaque fois, c'est une nouvelle découverte, une nouvelle aventure !
Propos recueillis par Véronique Gérardin
© photo CEA

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN SOPHIE, 31 ANS, CONSERVATEUR-RESTAURATEUR DES œUVRES SCULPTÉES

Thomas

19 ans

ENSIM (LE MANS)

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (1)

Marine 9 octobre 2010 18:29 #1
Bonjour, je suis actuellement en terminale L et je souhaite devenir conservatrice, j'aimerais savoir, qu'entendez-vous par compétences scientifiques ? Quelle formation est-il préférable de suivre ? D'avance merci