Un périple de 8 mois pour dénoncer la pollution aquatique



Baptiste Monsaingeon et ses coéquipiers sont partis le 12 octobre 2008 pour un périple de huit mois en mer, à bord d'un voilier de 12 mètres de long équipé des technologies de pointe. Leur but ? Sensibiliser le plus grand nombre au problème des pollutions aquatiques.

Présentez-nous votre association.
Baptiste Monsaingeon : Watch the Waste a pour but de sensibiliser le plus grand nombre au problème des pollutions détritiques en mer. Créée en 2009, cette association vise à mettre en place un portail d'observation des déchets en pleine mer. L'idée simple est de fédérer un réseau aussi large que possible de navigateurs susceptibles de devenir des relais d'information sur les conditions de pollution des océans.
Pourquoi dénoncer la pollution aquatique et pas une autre cause environnementale ?
Baptiste Monsaingeon : Les problèmes environnementaux sont innombrables. La question des océans nous apparaît déterminante dans la mesure où ces espaces sont considérés encore aujourd'hui comme la plus grande étendue désertique au monde. La pollution aquatique est un phénomène encore trop peu considéré. Il ne s'agit donc pas nécessairement de « dénoncer », mais bien d'informer.
Pourquoi cette expédition en Atlantique ?
Baptiste Monsaingeon : L'expédition Atlantique s'inscrit comme le geste inaugural de l'association.
Les bouteilles, emballages et autres détritus en plastique «tombés» dans la mer, ne se désagrègent pas. Ils flottent et convergent, portés par les courants concentriques et ballottés par les vortex marins, vers un endroit un peu mythique, surtout tragique: un « septième continent ». C'est ce qu'ont découvert les scientifiques dans les années 90. Même si, depuis, aucune photo, aucune vidéo n'a pu étayer leurs dires : la mer de déchets se situe juste sous la surface de l'eau, et ne peut être détectée par les satellites. Parcourir l'océan en suivant une route très fréquentée est pour nous un moyen efficace pour évaluer la situation réelle et les possibilités de mise en place de PODEM (Portail d'Obseravtion des Déchets en Mer).
Quels sont vos objectifs ?
Baptiste Monsaingeon : La mise en place de ce système en ligne (PODEM) permettant de mutualiser les données récoltées concernant les pollutions détritiques des océans. L'expédition Atlantique est aussi l'occasion pour nous de fédérer des associations.
Actuellement, comment se passe votre périple ?
Baptiste Monsaingeon : Les conditions météorologiques sont loin d'être en notre faveur. Nous avons pris du retard. Nous sommes aujourd'hui à Portosin au sud de la Galice. Départ dans quelques heures pour Lisbonne...
Les internautes ont-ils un moyen de suivre votre expédition ?
Baptiste Monsaingeon : Évidemment : http://watchthewaste.free.fr
Le blog est mis à jour aussi régulièrement que possible. Il suffit de cliquer sur « l'expédition en temps réel ».
Quels sont vos gestes éco-citoyens à bord de votre voilier ?
Baptiste Monsaingeon : Nous trions nos déchets et respectons les réglementations maritimes (comme l'essentiel des plaisanciers). Nous naviguons sur un bateau en bois et notre énergie est produite par les éléments naturels (éolienne et panneaux solaires).
http://www.imaginetonfutur.com/Les-dechets.html]
L'interview d'Hélène, chargée de mission au sein du Centre national d'information indépendante sur les déchets (Cniid)

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN UN PÉRIPLE DE 8 MOIS POUR DÉNONCER LA POLLUTION AQUATIQUE

Ludovic

20 ans

UNIVERSITÉ CLERMONT AUVERGNE - UCA

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié