Valérie, 36 ans, chercheur paléoclimatologue



Valérie est directeur de recherche au Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement. Objectif : comprendre le système climatique passé et futur.

En quoi consiste votre métier ?
Je suis responsable d'une équipe de recherche d'une vingtaine de personnes au Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement. Nous travaillons notamment sur des carottes de glace prélevées au Groenland et sur des échantillons de cernes d'arbres qui proviennent de forêts européennes. A côté de mon travail scientifique, j'ai également tout un ensemble d'activités complémentaires : je monte des projets afin de trouver des financements, je rédige des articles pour des revues scientifiques, je relis des projets ou articles d'autres chercheurs, j'anime des réunions, je forme des étudiants ...
Sur quels projets travaillez-vous ?
Actuellement, je travaille sur un premier projet qui porte sur l'analyse des carottes de glace de l'Antarctique, et j'étudie plus particulièrement l'évolution du climat entre les périodes glaciaires (froides) et les périodes interglaciaires (chaudes). En parallèle, je participe à une étude portant sur des cernes d'arbres provenant de chênes de la forêt de Fontainebleau et des bâtiments historiques de la ville ; ce travail permet de connaître l'histoire des températures dans cette région depuis plusieurs siècles. Enfin, je suis impliquée dans un nouveau projet de forage en Arctique, qui démarre cette année. Nous cherchons à obtenir les carottes de glace les plus anciennes possibles, et à simuler l'évolution passée du climat et du volume de glace sur le Groenland.
Certains projets se font en collaboration avec d'autres pays. Par exemple, les forages de glaces polaires se font toujours avec des centres de recherches européens et internationaux.
Chaque projet se divise en trois grandes étapes. En premier, le montage, c'est-à-dire établir le sujet d'études, trouver les fonds utiles... Puis vient la phase de prélèvement et d'études des échantillons. Cela peut prendre plusieurs années ! Pour terminer, nous réalisons des mesures très précises sur les échantillons et les analysons pour comprendre leurs informations sur l'évolution du climat.
Comment se compose votre équipe ?
Nous sommes treize salariés fixes : une partie travaille pour l'IRD, d'autres pour le CNRS et d'autres encore pour le CEA ou l'université Paris 6. Nous accueillons des étudiants en stage, de jeunes chercheurs (doctorants, post-doctorants), du personnel contractuel travaillant plus particulièrement sur certains projets, des visiteurs étrangers. Ce sont des techniciens, ingénieurs, chercheurs ou étudiants de divers horizons : il y a des géologues, des géochimistes, des spécialistes de la dynamique de l'atmosphère, des spécialistes des pollens... C'est une équipe originale parce que nous mettons en commun les informations obtenues sur l'évolution du climat à partir de différents archives naturelles : les glaces, les cernes des arbres, mais aussi les pollens, les sédiments des lacs, les stalagmites...
http://www.imaginetonfutur.com/Prix-Nobel-de-la-Paix-2007.html] suite au rapport du Giec
Propos recueillis par Diane Dussud
Photo 1 : © CEA - Photo 2 : © P.Doira/CEA-CNRS - Photo 3 : © CEA-IPEV

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN VALÉRIE, 36 ANS, CHERCHEUR PALÉOCLIMATOLOGUE

Lucie

18 ans

LYCÉE SAINTE MARIE

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (1)

noémie 22 septembre 2008 22:14 #1
Je suis étudiante à la faculté d'orsay en première année de BCST ( biologie chimie et science de la terre) et suis très curieuse de connaître d'autres informations sur le métier de paléoclimatologue telle que l'existence de spécialités au sein même du métier ? Est-on paléoclimatologue géophysicien, géochimiste, météorologue etc. ou " simplement " paléoclimatologue qualifié dans tous ces domaines sans nécessaire spécialité. Je voudrais aussi savoir si en tant que paléoclimatologue, on se déplace sur le terrain ; si oui est-ce que tous les paléoclimatologues le peuvent (question de budget ?d'organisation ?). Je me demande aussi si le métier de paléoclimatologue n'est pas un métier tarissable dans les 10 prochaines années, n'aurons-nous pas déja retiré toutes les informations qu'il y avait à retirer ? Est-il possible d'obtenir des réponses. Je vous remercie.