VIDÉO ACTU : Au coeur de la Fête de l'Alternance



Jeudi 19 mai se tenait la première édition de la Fête de l'Alternance. Près de 15 000 jeunes se sont précipités au Stade Charléty. Imagine ton futur y était ! Nous sommes allés à la rencontre des jeunes, organisateurs, entreprises et écoles présents à l'évènement.

La fête de l'Alternance a regroupé plus de 80 écoles et organismes de formations et près de 40 entreprises : l'AFPA (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes), de nombreuses écoles de commerce, Accor, Disneyland Paris, Renault... Tous se sont unis pour valoriser l'apprentissage. Les écoles présentaient leurs formations, les entreprises leurs métiers et contrats d'apprentissage à pourvoir. En plus, des conférences, ateliers (dessin, maquillage, massage...) et jeux-concours ont été organisés. La journée s'est même terminée par un concert privé !
De nombreux stands étaient pris d'assaut. Il était difficile de se frayer un chemin parmi les jeunes venus s'informer et déposer des CV. Le bilan de la fête de l'Alternance est très positif : recruteurs et jeunes étaient satisfaits de cette journée. On regrette juste que cet évènement se soit déroulé un jeudi, ce qui ne facilite pas la venue des lycéens.

Par Matthieu Grenier et Diane Dussud
A lire aussi sur l'Alternance :
Ivan Ton Futur à la fête de l'Alternance
L'Alternance : première source d'insertion des jeunes

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN VIDÉO ACTU : AU COEUR DE LA FêTE DE L'ALTERNANCE

Alexis

20 ans

SNCF ENQUêTEUR

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (1)

375 31 mai 2012 02:42 #1
Je crois qu'il faut reprendre le rpoaprt du CERC de 2008 sur l'insertion des jeunes sans diplf4me = un devoir national A proble8me structurel (1 jeune sur 6 peu ou pas qualifie9 avec aucune ame9lioration depuis 10 ans), il faut des re9ponses structurelles dans la dure9e, bien sfbr au niveau de la formation initiale, mais aussi au niveau des re9ponses apporte9es aux jeunes 5 axes me semblent e0 privile9gier, e0 retrouver, e0 renforcer : la ne9cessite9 d'une approche globale car le jeune cumule de nombreuses difficulte9s, l'instauration d'un ve9ritable lien entre les acteurs (Education nationale et missions locales notamment) avec un guichet unique (rapport du CREDOC) ou, pour le moins, un coordonnateur local, une incitation financie8re pour le jeune qui s'inscrit dans cette de9marche accompagne9e, la revalorisation du statut de stagiaire de la formation professionnelle pour e9viter une fuite de la formation vers des missions d'inte9rim bien plus re9mune9ratrices (rapport de 1 e0 3, vore 4), un ve9ritable contrat aide9 qui allie emploi et formation et permette ensuite d'acce9der e0 la professionnalisation. Toute politique tourne9e uniquement vers l'emploi et ne s'inscrivant pas dans la dure9e ne peut re9soudre ce proble8me structurel de sous-formation d'un grand nombre de jeunes, proble8me qui, s'il est criant au niveau des jeunes, conduit aussi ces personnes e0 ne connaeetre que la pre9carite9 de l'emploi, des revenus tout au long de la vie et e0 imaginer d'autres mesures (type RSA) pour tenter d'en corriger les effets