Alexis, 22 ans, laveur de vitres cordiste (propreté)



« J'aime pratiquer un métier atypique »

Tout le monde rêve d'un magnifique panorama sur la Côte d'Azur. Pour Alexis, laveur de vitres dans la région d'Antibes, c'est une réalité : il s'offre chaque jour, du haut des immeubles qu'il arpente, une vue imprenable sur la Méditerranée.
Comment êtes-vous devenu laveur de vitres cordiste ?
Je suis allé jusqu'en Terminale ES puis j'ai décidé de prendre une année sabbatique pour voyager. Quand je suis revenu, j'ai commencé à prospecter les métiers qui correspondaient à mes compétences. Comme je suis bon en escalade, je me suis tourné vers le métier de cordiste. Je me suis renseigné auprès de professionnels qui travaillent en hauteur puis j'ai démarché plusieurs entreprises de nettoyage. C'est un secteur qui recrute beaucoup. J'ai d'abord été pris en CDD dans l'Entreprise Patrigeon, Une petite entreprise d'Antibes. Ma motivation et mon aisance en hauteur m'ont permis de signer un CDI.
En quoi consiste votre travail ?
Tous les salariés se retrouvent au dépôt à 7h15 où le patron nous donne le chantier du jour, c'est-à-dire le bâtiment sur lequel on va travailler. Une journée, c'est six heures de travail. Nous pouvons rester jusqu'à deux semaines sur un même immeuble si sa taille est importante. Je fais essentiellement du lavage de vitres, mais il m'arrive parfois de faire de la peinture en bâtiments ou de la petite rénovation (boucher les fissures sur un balcon par exemple).
Quelles sont les qualités pour être laveur cordiste ?
Il ne faut pas avoir le vertige et être à l'aise avec l'équipement propre à l'escalade. Une bonne condition physique et une certaine souplesse sont indispensables, car on peut se retrouver dans des positions assez acrobatiques. Par ailleurs, il faut être pointilleux et rigoureux sur la qualité du service.
Qu'est-ce que vous aimez le moins dans votre métier ?
Les horaires sont les mêmes quels que soient la saison et le climat. Cela peut être difficile : en hiver, le froid peut être glaçant et l'été, le soleil qui se reflète sur les vitres les chauffe particulièrement.
Et le plus ?
Pratiquer un métier atypique me plaît énormément. Je suis toujours en plein air ; j'aime être suspendu et profiter de la vue, surtout quand on est au bord de mer comme moi. J'ai beaucoup de plaisir à monter en haut d'un immeuble pour me mettre sur ma corde.
Par Mathieu Robert

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN ALEXIS, 22 ANS, LAVEUR DE VITRES CORDISTE (PROPRETÉ)

Souleymane

31 ans

École

UNIVERSITÉ DU HAVRE

Domaine

MASTER 2

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié