Des études au rythme de sa passion



Si la musique te fait vibrer, si le sport te transporte, prends-le au sérieux. Que tu veuilles devenir champion ou simplement élargir tes horizons artistiques, tu peux vivre tes passions sans négliger ton avenir.

Pour des questions de temps ou d'équipements, il est parfois difficile de conjuguer art ou sport ET études dans un établissement classique. Il faut alors se tourner vers les écoles spécialisées. A l'Ecole Nationale Supérieure de Danse de Marseille, par exemple, on met tout en œuvre pour que les collégiens soignent leurs entrechats sans rogner sur les cours de mathématiques. Comment ? Grâce à des partenariats avec l'Education Nationale et selon des horaires aménagés. Toutefois, « hors de question de mettre les élèves dans des ghettos dorés » précise Jean-Christophe Paré, directeur de l'école. « Nous cherchons leur équilibre par de simples et petits aménagements : suivi scolaire par une surveillante, classes à effectif limité... » Une harmonisation entre scolarité et vocation artistique très bénéfique pour l'évolution du jeune.
Grandir avec ses rêves !
Nombre de jeunes se découvrent une passion avec l'âge, mais les parents refusent le plus souvent que la scolarité passe au second plan. Là encore, des solutions existent. Au niveau du lycée, le CRR de Paris (Conservatoire à Rayonnement Régional) propose des classes « à double cursus », pour des jeunes pratiquant le saxophone, le violoncelle ou autre... Le matin est consacré à l'enseignement scolaire et l'après-midi au conservatoire (ou l'inverse !). « Pour concilier ces deux aspects, les élèves doivent être organisés, rapides et performants » souligne Jean-Claude Fevre, responsable pédagogique au CRR. Et d'ajouter : « Nous voulons leur transmettre le goût du travail bien fait et une sensibilité artistique, où la musique est aussi importante que la scolarité. » On peut avoir une passion sans pour autant y consacrer son avenir. Le CRR n'est pas une usine à virtuoses mais une école qui ouvre l'esprit.
Le cirque : c'est sérieux !
L'approche est légèrement différente au lycée Marcelin Berthelot de Châtellerault. Le bac pro L option arts du cirque a pour clair objectif de préparer aux métiers de Zavatta et consorts. Avec six heures de cours par semaine dédiés au cirque, et selon la spécialité choisie (arts acrobatiques, clownesques ou équestres...), l'élève peut vivre sa passion sans pour autant diviser son temps. Une fois le bac obtenu, il se destine soit à entrer dans une grande école du cirque, soit à intégrer une troupe professionnelle.
Le haut niveau se hisse vers les hautes études !
Entrer dans une grande école, de commerce par exemple, n'est pas évident pour un sportif de haut niveau. A l'EDHEC*, des possibilités d'aménagement existent. Ici, on a recours à la méthode du « blended learning », c'est-à-dire un enseignement à distance combiné à du tutorat. Avec des cours sur internet et un tuteur particulier pour chaque athlète, il est possible de décrocher in fine un diplôme de même valeur que ceux de la filière classique.
En résumé, que l'on soit un crack ou un amateur confirmé, de nombreuses options existent pour concilier des études et sa (ou ses) passion. S'épanouir ou réussir, pas besoin de choisir !
*Groupe de formations en écoles de commerce
Les actions et les aides régionales
Des soutiens existent pour les élèves qui souhaitent allier réussite scolaire et sportive. Quelques exemples : dans le Nord Pas-de-Calais, une aide de 1770 € est accordée aux jeunes sportifs scolarisés dans des pôles de formation n'existant pas dans la région (www.nordpasdecalais.fr). Dans les Pays de la Loire, 400 athlètes bénéficient chaque année d'aides (sous forme de bourses individuelles de formation) pour mener de front le sport et les études (www.paysdelaloire.fr).
Ils témoignent...

Valentin, 20 ans, étudiant en 2ème année à l'ESCE (école supérieure de commerce extérieur) et coureur automobile
Valentin, 20 ans est étudiant en école de commerce mais aussi coureur automobile en F4. Il nous parle de sa passion et de ses études.
Lire son témoignage


Marine, 18 ans, lycéenne en bac STI arts appliqués
« Pour concilier les matières générales et celles des arts appliqués, il faut travailler énormément. Mais, comme je suis passionnée, j'ai appris à me servir des cours comme les maths ou la physique pour enrichir mes connaissances dans le domaine des arts. »

Isabelle Lefebvre, responsable Musique et Technologie à l'ISEN (école d'ingénieurs)
« Notre programme permet aux étudiants d'avoir une pratique musicale parallèlement à leurs études d'ingénieur. Il s'agit d'établir des connexions entre leur passion et l'enseignement général. Cette pédagogie stimule la créativité de ces futurs ingénieurs dans le domaine des hautes technologies. »

TON AVIS NOUS INTÉRESSE !
- Quelle est ta passion ?
- Arrives-tu à mener de front ta passion et tes études ?
Poste ton commentaire !

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN DES ÉTUDES AU RYTHME DE SA PASSION

Flavia

19 ans

HEC PARIS

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (1)

Sports 10 octobre 2010 20:32 #1
Bonjour, Je suis actuellement au lycée en seconde, je fais de l'athlétisme presque tous les jours, j'ai de bons résultats sportifs et scolaires mais le problème est que je n'arrive pas toujours à concilier sport ET étude ... Je voudrais intégrer un lycée à horaires aménagés mais c'est très difficile d'en trouver un , il y en a peu, j'habite en Picardie je peux aller sur Paris si il le faut .. Pourriez vous m'aider à en trouver un pour l'année prochaine s'il vous plaît !! Merci