Elodie Frégé, chanteuse


février 26, 2008 I Mise à jour le 12.08.2020
Elodie Frégé, de la Star Ac' aux grands auteurs Pour fêter la sortie du Jeux des sept erreurs, son deuxième album, Elodie Frégé découvre la scène en solo. Et affirme sa personnalité, à mille lieux d'un formatage commercial.
ITF : Adolescente, tu te voyais déjà en haut de l'affiche ?
Elodie Frégé : Non, pas sur scène. J'avais un don pour la BD et je m'étais renseignée pour faire l'école de la bande dessinée d'Angoulême. J'ai aussi voulu être animatrice radio et styliste : ado, je dessinais des tissus. Quoi qu'il en soit, je souhaitais bosser dans un domaine créatif. Je viens d'une famille d'artistes, mon oncle faisait des décors de
Cinéma et mon père est plutôt musicien, c'est lui qui m'a mise à la guitare classique.
ITF : Premier job ?
Elodie Frégé : À 16 ans, j'avais un amoureux qui travaillait dans un centre de loisirs, il s'occupait du canoë-kayak. Et je suis devenue son assistante ! En gros, j'accueillais la clientèle. Je ne me rappelle plus combien j'ai gagné mais je sais qu'il avait partagé son salaire.
ITF : Mauvaise nouvelle : tu ne peux plus exercer ton métier en France et tu es ruinée. Comment gagnerais-tu ta vie ?
Elodie Frégé : Je m'exile, je vais chanter dans le métro à New York, comme Keren Ann ! Je crois que je ne me laisserais pas aller : j'essaierais de me renouveler, de me recréer une vie. J'ai l'air fragile mais je ne suis pas sans arme. Je pense que je pourrais aussi retourner à la fac et je ne baisserais pas les bras.
ITF : As-tu déjà retiré un enseignement de tes premiers concerts en solo, alors que tu n'avais pas fait de scène après ton premier album ?
Elodie Frégé : Très angoissée de nature, je pensais être terrassée par mes émotions, que je ne maîtrisais pas du tout à la Star Ac. En fait, j'ai pris du plaisir dès le premier soir. Avant, on me disait que je manquais de charisme. C'est le public qui m'a permis de développer et d'affirmer ma personnalité. Dès les trente premières secondes, je l'ai senti maternel avec moi. Du coup j'étais à l'aise, parlant entre les chansons avec mon humour à froid, qui finalement n'a fait fuir personne !
ITF : Tu parais assez timide, comment as-tu approché Benjamin Biolay qui co-signe l'album « Le jeu des sept erreurs » ?
Elodie Frégé : J'avais adoré son album « Rose Kennedy ». Quand je l'ai vu à un concert de Florent Marchet, j'ai eu une poussée de culot et je l'ai abordé. Le manque de confiance en moi me pousse à faire des démarches et à oser des choses. Comme provoquer cette rencontre pour lui faire écouter mes chansons. Et ça a collé entre nous, il n'avait pas de mauvais préjugés que la Star Academy aurait pu lui inspirer. Benjamin a une écriture sensuelle et assez féminine. Il a écrit pour Françoise Hardy, Juliette Gréco, Keren Ann, Coralie Clément ou encore Isabelle Boulay.
Propos recueillis par Catherine Attia-Cannone
(© photo : Stratis and Beva)
Newsletter
L'information qui vous concerne directement dans votre boite mail.
pub
DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN ELODIE FRÉGÉ, CHANTEUSE

Cyprien

22 ans

SOUTH CHAMPAGNE BUSINESS SCHOOL (SCBS) - ESC TROYES

Test d'orientation

Quel métier choisir ?

Pas évident de choisir son orientation ! Grâce à ces tests d'orientation scolaire et professionnelle, confrontez vos options d'orientation à ce que vous êtes vraiment. Un moyen sympa d'affiner vos choix.

Liste tests d'orientation

keyboard_arrow_down

Liste psycho-tests

keyboard_arrow_down