Michael, 24 ans, 4e année EDC



L'étranger au cœur de ses ambitions professionnelles.

Comment es-tu arrivé à EDC ?
Au lycée, je n'avais pas d'idée précise de ce que je voulais faire. J'hésitais entre commercial et prof de sport. Une fois mon bac ES (économique et social) en poche, je me suis orienté vers un BTS Force de Vente (aujourd'hui NRC : Négociation Relation Clientèle). Ces deux années m'ont permis de réfléchir et ça m'a plutôt réussi. J'en ai tiré des compétences commerciales utiles, mais j'ai souhaité poursuivre avec une école de commerce. Aujourd'hui, un bac + 2 ne permet pas d'évolution professionnelle rapide.
Pourquoi EDC ?
Je cherchais une école de commerce post-bac. Un de mes meilleurs amis était à EDC et il en était très satisfait. Les cours, la philosophie de l'Ecole, la reprise de l'Ecole par les anciens élèves... Tout cela m'a séduit. Puis le réseau des anciens fonctionne bien, ce qui ouvre assurément des portes à la sortie de l'Ecole.
Tu as décidé de te spécialiser en « marketing », pourquoi ce choix ?
Mon BTS Force de Vente était très axé sur le commercial. Je souhaitais approfondir mes connaissances en marketing. Ce sont deux domaines extrêmement liés. Dans une PME (petite et moyenne entreprise), le marketing et le commercial sont souvent sous la responsabilité d'une seule et même personne. Alors que dans une grande entreprise, ce sont des fonctions distinctes. Ce qui me plaît dans le marketing c'est la stratégie et le travail d'étude en amont.
Quelles sont les matières que tu étudies en 4e année spécialisation marketing ?
En chef de produit, on se met dans la peau de ce professionnel du marketing grâce à des cas concrets d'entreprise. En comportement managérial, on apprend la gestion d'une équipe. Consumer behaviour est une matière enseignée en anglais, il s'agit d'étudier le comportement du consommateur. En études qualitatives et études quantitatives, on apprend à élaborer, traiter et analyser des enquêtes de fond et des enquêtes statistiques. L'informatique et les langues étrangères sont également orientés marketing.
En anglais et espagnol, ma deuxième langue, on a beaucoup de présentations orales. Puis, on a aussi proposition commerciale et droit des contrats pour l'aspect juridique.
En tout, on a 25 heures de cours par semaine, sans compter les travaux en groupe qui prennent beaucoup de temps. Je participe également à un concours inter-écoles sur le cas Ford.
Raconte-nous tes expériences de stages...
En 2e année, j'ai fait un stage « vente » à la FNAC pendant 3 semaines. Affecté au département hautes technologies, ma mission consistait à vendre le plus possible. Grâce à mes bons résultats, j'ai réussi à "décrisper" mon supérieur qui était un peu strict au début.
En 2e année également, ma meilleure expérience de stage ! Chez EADS (secteur aéronautique), au département marketing international, division Airbus (pendant 3 mois). Mon quotidien, travailler avec des nationalités différentes, des Allemands, des Espagnols... Toutes les réunions et les rapports écrits se faisaient en anglais. J'ai étudié l'environnement politico-économique de la Suède et de l'Asie du Sud Est. Cela m'a vraiment donné envie de travailler avec l'étranger.
En 3e année, j'ai vécu ma première expérience au sein d'une PME dans le secteur évènementiel. Une petite équipe, un dirigeant entouré de ses stagiaires. Je n'y suis resté qu'un mois au lieu des 3 prévus, car nos relations se sont vite dégradées. J'ai fait ce stage sur la base du volontariat pour faire du marketing. Mais, je me suis retrouvé à faire du porte à porte dans les entreprises. Ma leçon, les rapports humains dans les TPE sont au centre de tout. Il convient, avant de commencer un stage de bien préciser avec l'entreprise le contenu de la mission que vous allez effectuer.
Au Musée Picasso (Barcelone) -
Es-tu parti à l'étranger ?
J'ai eu la chance d'étudier un semestre à Barcelone, en Espagne, grâce au programme Erasmus. Ca restera LE moment fort de mon passage à EDC. Vous avez vu « l'Auberge espagnole » ? C'est ça, la mixité. Une expérience humaine formidable, une approche quotidienne de nouvelles cultures. Puis, ça fait murir. Livré à soi-même, il faut se débrouiller seul pour trouver un appartement, négocier les prix... C'est le système D, comme dans la vie !
Au Parc Guëll (Barcelone)
Quels sont tes projets après EDC ?
Travailler à l'international dans une grande entreprise pour être plus indépendant. J'ai envie de voyager, d'être en contact avec d'autres cultures. A plus long terme, j'aimerais créer une entreprise de consulting. Il faut être patient car les capitaux et l'expérience sont indispensables pour créer son affaire.
Je te souhaite une excellente continuation...
Merci

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN MICHAEL, 24 ANS, 4E ANNÉE EDC

Pauline

22 ans

STAGE MARKETING - RECKITT BENCKISER - CHEF DE PRODUIT SUR LA MARQUE HARPIC)

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié