Tera : le SuperCalculateur



Le supercalculateur Tera est un élément clé du programme Simulation, lancé par le CEA en 1996, lorsque la France a décidé d'arrêter ses essais nucléaires dans le Pacifique. Tera permet en effet de reproduire par le calcul le fonctionnement des armes nucléaires et ainsi de garantir leur fiabilité et leur sûreté en l'absence de nouveaux essais.
Premier en Europe par sa puissance de calcul, Tera place la France dans le peloton de tête en matière de calcul intensif et de simulation numérique haute performance.
Mais le CEA a souhaité ouvrir à la communauté scientifique et au monde industriel ses puissants moyens de calcul. En 2003, il a mis à la disposition des industriels son Centre de calcul recherche et technologie (CCRT) sur le site de Bruyères-le-Chatel. Puis il a initié la création d'une technopole baptisée Ter@tec.
Ter@tec est une structure d'échange et de collaboration entre les différents acteurs de la simulation numérique haute performance : chercheurs, entreprises de l'informatique et industriels. Créé par le CEA et les collectivités territoriales, il bénéficie de la compétence des équipes du CEA dans ce domaine. Ter@tec rassemble aujourd'hui 34 partenaires* et est intégré au Pôle de compétitivité « System@tic Paris-Région », consacré aux logiciels et systèmes complexes.
L'utilisation de la simulation haute performance et du calcul intensif est un enjeu stratégique, qui permet à la recherche de faire progresser les grands challenges scientifiques et techniques et à l'industrie d'accroître sa compétitivité en concevant, développant et optimisant plus rapidement de nouveaux produits. Ter@tec répond à cet enjeu, dans des domaines aussi divers que l'électronique, l'aéronautique, la sûreté des réacteurs nucléaires, l'évolution du climat ou le comportement des matériaux. Dans l'aéronautique par exemple, la société Snecma a travaillé sur la conception d'un turboréacteur, système très complexe. Le supercalculateur a réalisé en deux jours les cinq mois de calcul prévus...
Ter@tec facilite la mise en œuvre de projets communs de R & D, favorise le développement de compétences (formation, séminaires...) et offre à ses partenaires un accès à des moyens de calcul importants et diversifiés. Pour certaines applications, la puissance de ces moyens peut être complétée par celle du supercalculateur Tera, comme ce fût le cas en 2002 lorsque les bio-informaticiens du Génopôle d'Evry lui ont confié leurs programmes de calcul. Leur but : attribuer aux gènes de 89 génomes de bactéries, levures et plantes, une fonction biologique via les protéines qu'ils codent. Alors qu'un an leur aurait été nécessaire pour réaliser ces milliards d'opérations de comparaison, Tera l'a fait en une dizaine de jours !
* Bertin technologie, Bull, CEA, Cenaero, Centre scientifique et technique du bâtiment, CNRS, Principia, Cerfacs, Communication et Systèmes, Dassault aviation, DDN (Datadirect networks), Distène, Ecole centrale Paris, Ecole des Mines de Paris, Ecole normale supérieure de Cachan, Electricité de France, Fluent, Fujitsu, HP France, IFP, Institut national des télécom d'Evry, Intel, Numtech, Oxalya, Safran, Serviware, SGI, ST Microelectronic, Sun, Supelec, Total, Transtec, Université de Versailles st Quentin, Communauté de communes de l'Arpajonnais, Ville de Bruyères-le-Châtel, Ville d'Ollainville.

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN TERA : LE SUPERCALCULATEUR

Léa

20 ans

POLYTECH CLERMONT-FERRAND AUBIÈRE (BLAISE-PASCAL)

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié