Valentin, 20 ans, étudiant à l'ESCE et coureur automobile



Valentin, 20 ans est étudiant en école de commerce mais aussi coureur automobile en F4. Il nous parle de sa passion et de ses études. Témoignage.

Quel est ton parcours scolaire ?
Après un bac ES, j'ai passé le concours Sésame pour intégrer L'Ecole Supérieure de Commerce Extérieur (ESCE) et suis actuellement en deuxième année.
Peux-tu nous raconter ta passion pour le sport automobile ?
J'ai découvert le kart à l'âge de 13 ans. L'internat dans lequel j'étais inscrit à Pontoise (95) proposait de faire du Kart le mercredi. J'ai testé et je me suis révélé plutôt bon alors que je n'en avais jamais fait... Un jour, on m'a proposé de faire des compétitions : j'ai tout de suite accepté ! En 2008, je suis arrivé 3ème au Championnat d'Ile-de-France. J'ai ensuite abandonné le Kart et commencé à faire de la compétition sur voiture, en F4.
Quel est le rythme de tes entraînements ? Comment les concilies-tu avec tes cours ?
J'ai la chance de pratiquer un sport qui s'exerce le samedi et le dimanche. Les entraînements n'interfèrent donc pas avec mes études.
En revanche, l'année dernière, j'étais inscrit à l'AutoSport Academy du Mans, l'école de formation de la Fédération Française de Sport Automobile. Les entraînements avaient lieu le mardi et le jeudi : mon école a alors accepté d'aménager mon emploi du temps afin que je puisse me rendre à ces entraînements avec seulement 1h30 de cours à rattraper.
Aujourd'hui, ma formation est terminée. Je m'entraîne moins régulièrement donc je n'ai plus besoin de manquer des cours. De toute façon, pour moi, il n'a jamais été question d'arrêter mes études. Et le fait que je concilie ma passion pour le sport automobile avec mes études plaît beaucoup aux sponsors. En effet, la plupart des coureurs automobiles ont arrêté l'école à partir de la 3ème.

Quelle est la position de tes parents vis-à-vis de ton parcours ?
Mes parents ne se sont pas opposés à ma passion, mais ils n'étaient pas d'accord pour financer cette activité qui est très coûteuse. Une année de championnat coûte 90 000 euros ! Ils m'ont demandé de me débrouiller. Il m'a alors fallu trouver des financements. En 2009, j'ai reçu une bourse grâce à la Fédération Française de Sport Automobile, ce qui a eu un effet boule de neige, puisque cette bourse m'a permis de gagner en crédibilité et de rencontrer de nouveaux sponsors tels que les autocollants Hexis ou la filiale de la Matmut Ofi. J'ai même réussi à être sponsorisé par mon école de commerce, l'ESCE !
Est-ce que ta passion et tes études sont complémentaires ?
Oui ! L'été suivant mon bac, j'ai monté un dossier pour trouver des sponsors. N'ayant aucune expérience, j'ai monté ce dossier comme j'aurais fait un exposé ! A la rentrée, j'ai intégré l'école de commerce ESCE, ce qui m'a permis de le corriger et de le compléter grâce aux connaissances que j'avais acquises en vente, en informatique, en marketing... Je pense que si je n'avais pas étudié dans une école de commerce, je n'aurais jamais réussi à trouver de sponsors ! De la même manière, le sport automobile m'a permis d'acquérir des compétences qui me sont utiles pour mes études, telles que la précision, la volonté de gagner et la rigueur.

Quelles sont tes perspectives de carrière ?
Ma carrière dans le sport automobile va dépendre des résultats de mes courses et aussi de ma capacité à trouver des financements. Mon objectif est avant tout de monter en catégorie, mais j'ignore encore si j'en ferai mon métier. Je ne suis pas fermé à l'idée de travailler, de monter ma propre entreprise, tout en continuant le sport automobile en tant qu'amateur ou que semi-pro.
Propos recueillis par Margaux Calon

ORIENTATION

Liste des conseillers en orientation
près de chez vous.

PSYCHO-TESTS

Quels métiers sont faits pour toi.

pub

DISCUTE AVEC UN
ÉTUDIANT EN VALENTIN, 20 ANS, ÉTUDIANT à L'ESCE ET COUREUR AUTOMOBILE

Clément

27 ans

IUT DE PERPIGNAN, UNIVERSITÉ DE PERPIGNAN VIA DOMITIA

Ajouter un commentaire


Votre email ne sera jamais publié

Liste des Commentaires (0)